Amir Sadollah - Philosophe du Jeu


« Lorsque tu combats à ce niveau là, tu n’as pas d’autres choix que de t’améliorer sans cesse. Ou tu progresses, ou tu sors. »  Amir Sadollah


Tout d’abord, c’était le kickboxeur Duane « Bang » Ludwig.

Ensuite, le jiu-jitsuka  James Wilks.

Et finalement, celui qui est resté est DaMarques Johnson.

Qu’est ce que tous ces « poids moyens » ont en commun ?

Ils ont tous été des adversaires pour Ami Sadollah le mois dernier. Pour la plupart des combattants, un changement peut causer un chao à l’entrainement, deux peuvent semer la panique pendant la préparation. Mais pas pour Amir Sadollah qui continue à développer une philosophie particulière et une approche intellectuelle de ce sport.

« Heureusement, mon approche concernant un combat est toujours multi-dimensionnelle. Donc je n’ai pas à tout changer du jour au lendemain dès qu’un changement s’opère. Pour moi, il n’y a que de petits réglages à faire sinon, sur le fond, rien ne change véritablement. La préparation est la même peu importe l’adversaire et je continue également à travailler sur ce que je pense être mes points forts » nous confiera t-il.

Comme chacun d’entre vous le sait, Sadollah est celui qui a crée la surprise lors de la saison sept de l’émission de télé-réalité « The Ultimate Fighter » en arrivant à bout de Steve Byrnes, Gerarld Harris, Matt Brown et CB Dollaway ( à deux reprises) pour finalement remporter le titre de la saison.

Sadollah ne s’est pas arrêté là, avec zéro combat professionnel à son actif, il a fait ses débuts dans l’octogone sans complexe en remportant 3 victoires sur  ses 5 combats en apprenant à chaque rencontre. C’est un peu l’histoire de Cendrillon, un compte de fée qui a début il y a trois ans et qui n’est pas prêt de s’arrêter.

“ Le temps passe trop vite. Ma carrière a bondi et tout s’enchaîne. Mais je me sens encore jeune car j’ai l’impression que je suis dans le circuit que depuis trois semaines alors qu’en fait ça fait déjà trois années ».

Aujourd’hui,  c’est vraiment comme si tout le travail effectué ces dernières années à Vegas paie. C’est vraiment le fruit d’entrainements durs et quotidiens. Lorsque l’on sait que chaque combat peut être le dernier, il faut tout donner.

«  En combattant à ce niveau, tu n’as pas le choix. Il faut progresser et faire mieux à chaque prestation. Ou tu t’améliores, ou tu vires. Et c’est un état d’esprit qui me convient. Tout ou rien. Et je fonde de grands espoirs sur moi-même en me disant que plus je prends de risques, plus les bénéfices peuvent être intéressants » poursuit Sadollah.

Celui qui combattra samedi à l’UFC n’a aucune idée de ce qui va se passer face à Jonhson cette nuit-là. Un adversaire originaire de l’Utah qui a montré qu’il était aussi à l’aise pour infliger des KO que des soumissions. Et c’est le troisième nom aligné face à Sadollah qui reste imperturbable. Sadollah concluera en nous confiant :

« J’ai remarqué qu’aujourd’hui, je prenais vraiment du plaisir à faire mon travail et je gère beaucoup mieux la pression. A mes débuts , j’étais plus stressé et ce genre de changement de dernière minute aurait pu jouer sur mon mental. Mais aujourd’hui non. Je me dis que je payé pour combattre, payé pour m’entrainer et faire ce que j’aime. Alors ça ne peut que bien aller. Et mieux avec le temps ». 

 

Watch Past Fights

Médias

Récent
Top lightweights Donald "Cowboy" Cerrone and Jim Miller stand and bang inside the Octagon at Fight Night Atlantic City. Cerrone looks to face rising lightweight Myles Jury in the co-main event at UFC 182 in Las Vegas, Nevada.
22 déc. 2014
UFC Minute host Lisa Foiles recaps the action from Fight Night Barueri and looks at the two former light heavyweight champions returning to the Octagon in 2014!
22 déc. 2014
Peu après leur victoire respective à Barueri, Renan Barao et Lyoto Machida ont discuté de leur performance pendant quelques instants.
21 déc. 2014
L'ancien champion poids coq Renan Barao discute de sa victoire sur Mitch Gagnon à l'événement Fight Night Barueri et demande un combat revanche contre le champion T.J. Dillashaw lors de son entrevue d'après-combat dans l'Octogone.
20 déc. 2014