'Fire Kid' Duquesnoy et le futur des AMM en France

Tom Duquesnoy speaks to the media during Media Day in Glaziers Hall on March 15, 2018 in London, England. (Photo by Brandon Magnus/Zuffa LLC) Lorsque Francis Ngannou a concédé le titre des poids lourds à Stipe Miocic à l'UFC 220, ce n'est pas tant le fait que le championnat lui ait échappé qui l'a amèrement déçu, mais plutôt la crainte que tous ses efforts n'aient pas eu l'impact escompté dans sa France adoptive, là où il a passé sa tendre enfance.

En 2016, le ministre français du Sport a maintenu la série de nouvelles règles rendant essentiellement les AMM illégaux en France.  Les opposants ont argumenté que c'était le puissant lobby des fédérations de judo et de JJB qui, craignant l'arrivée d'un compétiteur à leurs propres sports, avaient mené le mouvement. Mais peu importe les motifs, le résultat n'en demeure pas moins le même : les combattants de tous niveaux ont commencé à trouver difficile de gagner leur vie chez eux. Peu après, Ngannou est déménagé à Las Vegas.

Duquesnoy and Terrion Ware face off during the Media Day in Glaziers Hall on March 15, 2018 in London, England. (Photo by Brandon Magnus/Zuffa LLC)Une autre star des AMM français, Tom Duquesnoy, a lui aussi ressenti les effets insidieux de l'interdiction. Tout comme Ngannou, il s'entraîne aux États-Unis (chez Jackson-Wink MMA) et la seule chose qui a peut-être un peu assombri son ascension fulgurante fut son plus récent combat à l'UFC. Toutefois, la star de l'UFC London sent le souffle d'un vent de changement dans sa patrie et chacune de ses victoires, tout comme celles de Ngannou et de Nordine Taleb, aident à faire pencher la balance en faveur de l'organisation d'un éventuel événement UFC Fight Night en France.

En dehors de l'Octogone, le ‘Fire Kid’ participe régulièrement à des séminaires et conférences, louangeant les AMM non seulement en tant que sport légitime, mais aussi en les dépeignant comme un véritable phénomène international. Et graduellement, il a trouvé bonne oreille auprès de gens qui sympathisent désormais à la cause.

“Le récent changement de gouvernement est notre meilleure chance de pouvoir légaliser le sport", a-t-il déclaré lors de la journée des médias de l'UFC London. “C'est dans les plans, ça s'en vient.”

Admettant qu'il préférerait combattre en France, Duquesnoy a fait la meilleure chose qu'il pouvait faire en prenant la décision de tenir son camp d'entraînement à Paris en vue de son combat contre Terrion Ware qui aura lieu à Londres.  Il n'a toutefois pas plié bagage pour revenir définitivement à la maison, sachant le gouvernement fait les choses à un rythme plutôt frileux.

“Il s'agit d'une nouvelle administration, ces choses-là demandent un certain temps.”

Duquesnoy et Ngannou ont tous deux un énorme potentiel; ils sont jeunes et possèdent un arsenal à faire tourner les têtes. Il serait normal que leur nation les reconnaisse à leur juste valeur pour tout ce qu'ils ont accompli en devenant des stars internationales.

“Je sais que les choses bougent", a dit un Duquesnoy rempli d'espoir. “Nous n'avons jamais été aussi près que ça se concrétise.”

Steve Latrell est producteur Web et rédacteur pour UFC.com. Suivez-le sur Twitter au @TheUFSteve

 

Watch Past Fights

samedi, février 23
2PM/11AM
ETPT
Prague, Czech Republic

Médias

Récent
On this edition of Inside the Octagon, we preview the main event of UFC Prague featuring Jan Blachowicz and Thiago Santos.
19 févr. 2019
Découvrez quelles sont les techniques favorites de John Dodson en prévision de son prochain combat contre Petr Yan à l'UFC Prague samedi prochain.
19 févr. 2019
Jan Blachowicz rides a four-fight win streak into his main event matchup with Thiago Santos at Fight Night Prague on February 23. Take a look back at his Fight of the Night bout from last year with Jimi Manuwa.
18 févr. 2019
UFC President Dana White recaps another great night of fights and a successful debut on ESPN.
17 févr. 2019