La vie de Matyushenko commence à 40 ans

« Une fois que je serai en position de montée, j’essaiera de tout faire passer rapidement, les coudes, les lourdes frappes et tout ce qui pourrait me permettre de punir mon adversaire et de faire arrêter le combat avant la limite »  Vladimir Matyushenko

A 40 ans, on arrive à un âge où on commence à s’interroger lorsqu’on est un combattant professionnel. C’est d’ailleurs à cet âge là que tous les journalistes sportifs commencent à compter les jours qui nous séparent de la retraite. Que l’on perde ou que l’on gagne, lorsqu’on a la quarantaine, c’est bien de l’âge que les medias parleront.

A 39 ans et dix mois, celui que l’on surnomme « The Janitor » avait multiplié les attaques avec les coudes pour ramener son palmarès à 25 victoires. Et dans quelques jours, pour ses 40 ans et quatre mois, il décide d’aller à la guerre face au vainqueur de l’UFC 114 « Fight Night », Jason Brilz. Une guerre qui aura pour terrain de bataille Totonto au canada pour l’UFC 129.

 Il semblerait d’ailleurs que le terme « retraite » n’existe pas dans le vocabulaire du Biélorusse.

On se souvient du KO express qu’il a infligé à Alexandre Ferreira lors de l’UFC 122 qui se tenait à Oberhausen. Ce soir-là, la clé du combat demeurait dans la défense du Biélorusse face aux tentatives de soumission de son adversaire Brésilien. Il faut d’ailleurs noter que « The Janitor » affiche un zéro au compteur des défaites par soumission. Il n’a en effet jamais été soumis même après avoir affronté à deux reprises le Brésilien ceinture noire de Jiu-jitsu Antonio Rogerio Nogueira .

« Ma lutte parle pour moi. Si tu connais les positions au sol alors il est difficile de se faire soumettre ou de se retrouver dans une mauvaise posture. Je crois que lorsque c’est toi qui attaque et que tu sais clairement où il ne faut pas aller, il devient très difficile pour ton adversaire de te soumettre » confiera Matyushenko.

Mais le 30 Avril prochain, son adversaire « The Hitman » Brilz va clairement chercher à emmener « The Janitor » dans une mauvaise position. Trois fois vainqueur du championnat de lutte « All-American wrestler » sous les couleurs de l’Université de Nebraska-Omaha, Brilz affiche un impressionnant palmarès de 18-3-1 et devait initialement affronter Matyushenko lors de l’évènement de Novembre dernier. Ce sera donc partie remise à Toronto devant une assemblée de 55 000 personnes.


« C’est un combat qui est très important pour moi et je crois que ce sera aussi l’un des plus difficiles » admet le Biélorusse qui poursuit son explication

«  Mon problème est que je ne veux pas seulement gagner pour gagner, je veux que le combat soit excitant pour les fans et qu’il soit à la hauteur de leurs attentes. Je pense que mon adversaire est dans le même état d’esprit que moi et nous allons tous les deux donner tout ce que nous avons dans l’octogone pour tous les fans et pour l’UFC ».

Brilz and Matyushenko ont un respect mutuel l’un pour l’autre, non pas seulement en tant que lutteur mais également en tant que combattant de MMA. Ils sont tous les deux connus dans le circuit pour être des gars sympathiques avec des personnalités fair-play «  Brilz est un bon gars et nous avons même eu l’occasion de boire quelques bières ensemble » avouera Matyushenko en souriant et qui a d’ailleurs une autre anecdote au bar.

Après son combat face a Jones, ils ont bu une vodka ensemble et le Biélorusse avait lancé à Jones «  Tu as intérêt à remporter la ceinture maintenant ».

Matyushenko concluera « La catégorie des lourds-légers est assez ouverte et nous pouvons tous être amenés à nous affronter mais rien ne nous empêchera de parler ensemble ou d’être amis après un combat. Maintenant, dans l’octogone, un combat reste un combat et chacun de nous y vient pour gagner ».

Durant les 22 années qui viennent de s’écouler, « The Janitor » a passé les adversaires les un après les autres, d’abord en lutte puis en MMA :

« Une fois que je suis en position de montée, j’essaie de tout faire passer rapidement, les coudes, les lourdes frappes et tout ce qui pourrait me permettre de punir mon adversaire et de faire arrêter le combat avant la limite » conclu-t-il.

C’est la stratégie qu’il devrait adopter pour arriver
à bout de Brilz lors de l’UFC 129 a Toronto et montrer qu’il ne s’agit pas de paroles en l’air et qu’ à 40 ans, il reste encore à prendre plus que jamais au sérieux.

Watch Past Fights

Médias

Récent
Stephen Thompson, Joe Benavidez et Elias Theodorou ont visité Diaz Combat Sports jeudi afin de participer à l'initiative communautaire "We Are All Fighters" visant à s'impliquer dans les communautés locales lors des visites de l'organisation.
26 août 2016
Watch the highlights from Friday's official weigh-in at Fight Night Vancouver, featuring fighters Demian Maia, Carlos Condit, Anthony Pettis, Paige VanZant and more.
26 août 2016
UFC Fight Night Weigh-in at Rogers Arena on August 26, 2016 in Vancouver, British Columbia, Canada. (Photos by Jeff Bottari/Zuffa LLC/Zuffa LLC via Getty Images)
26 août 2016
La coupe de poids à 145 livres a été difficile pour Anthony Pettis, mais son passage chez les poids plume font de lui un combattant plus sombre et impitoyable que jamais. Pettis fera ses déburs chez les poids plume à l'événement Fight Night Vancouver.
26 août 2016