Paul Sass - Prendre les fondamentaux et les rendre spectaculaires

"Je viens là, dans l'octogone, pour essayer de finir mes combats le plus vite possible alors dès qu'une opportunité se présente, je ne lâche rien." - Paul Sass
UFC lightweight Paul SassPratiquer. Pratiquer. Pratiquer. Ce n'est pas très original mais c'est belle et bien de cette manière que Paul Sass a réussi à se faire un nom et à faire abandonner ses adversaires les uns après les autres. Plus le combat dure et plus il s'arrange pour vous faire comprendre que rien ne lui échappe et qu'il maîtrise toutes les phases de combat avec entre ses mains, différentes solutions possibles en fonction de la configuration du combat. 
“Je n'ai juste jamais cessé de pratiqué depuis mes débuts. Je n'arrête pas car j'apprends sans cesse” explique l'homme qui est parvenu à finaliser  à neuf reprise ses adversaires grâce à un vicieux triangle qui les a mis hors état de nuire. Il nous confie d'ailleurs " J'ai appris cette technique à mes débuts et depuis, je ne cesse de l'appliquer car elle est efficace et ça passe...Pourquoi s'en priver alors ?". 

Un peu comme le bras droit de Chuck Liddell ou le front kick d'Anderson Silva, le triangle de Sass’ est devenu une technique à éviter à tout prix si on veut avoir uen chance de s'en sortir et si possible...de s'en sortir victorieux contre le poids léger de Liverpool. Et un peu comme ses acolytes John Maguire et Phil De Fries, le combattant de 24 ans a un peu enterré le mythe qui consiste à penser que pour être efficace et espérer l'emporter dans l'octogone, le travail debout est primordial et que seuls des combattants qui viennent du "stand up" émergent au Royaume-Uni. 
Sass' en se rendant ses premières fois à la salle de sport a immédiatement été attiré par le travail au sol et particulièrement donc le jiu-jitsu.

Il se souvient d'ailleurs et partage ses souvenirs : 
“ Un copain avait débuté le MMA et je me suis alors posé la question "dois-je aussi m'y mettre". Lui pratiquait de la boxe thaïlandaise mais moi ce n'était pas trop mon truc, j'étais plutôt attiré par le sol. J'ai continué dans cette voie et plus je gravissais les échelons, plus j'ai eu envie de compléter mon savoir et j'ai commencé la boxe thaï moi aussi avant de poursuivre par les cours de lutte. Mais mon premier amour reste le jiu-jitsu et aujourd'hui encore c'est ce que je fais de mieux.”

Après quelques combats amateurs donc, Sass a fait ses débuts professionnels pour son dix-neuvième anniversaire le 5 Août avec une victoire qu'il remporte en 74 secondes par soumission ( quoi d'autre ?) sur David Johnson qui se fait étranglé et qui est contraint d'abandonner la partie. Puis finalement, il réalise qu'il n'est pas si mauvais voire même qu'il peut être bon et il commence à chercher à conquérir le circuit européen.

“ Après quelques combats professionnels, j'ai commencé à réaliser que peut-être il pourrait êter intéressant pour moi d'y consacrer plus de temps et de faire ça à temps quasi plein. Et après mon quatrième combat professionnel, j'ai commencé à prendre le bon rythme en m’entraînant tous les jours à raison de deux fois quotidiennement et de là, je n'ai jamais cessé de m'appliquer à l'entraînement et de chercher à progresser". 

Depuis, l'aventure se poursuit et après sa victoire contre l'ancien combattant de l'UFC Jason Youn, Sass’ a fait des débuts remarqués dans l'octogone de l'UFC début Octobre et il a alors très vite annoncé la couleur en venant à bout de son adversaire ce soir-là : Mark Holst dès la première reprise avec la soumission de la soirée et donc un bonus en prime d'une victoire spectaculaire. 

Ce samedi, quasiment un an après ses début à l'UFC, Sass reviendra dans l'octogone pour affronter un chevronné de l'organisation et ce face à face se fera à domicile contre Matt Wiman, qui a remporté quatre de ses cinq derniers combats incluant des victoires sur Mac Danzig et Cole Miller

“Je ne le connais pas vraiment, je ne l'ai pas suivi mais je sais qu'il a combattu dans un gala avec moi, c'était à Washington. C'est un adversaire difficile et à prendre au sérieux évidemment. Je en crois pas d'ailleurs qu'il est déjà été soumis donc je pourrais bien être le premier à le faire taper". 

Watch Past Fights

Médias

Récent
UFC bantamweight champion T.J. Dillashaw and new title challenger Joe Soto hit the scale before weighing in on the big changes to the UFC 177 fight card. Also hear from UFC president Dana White and matchmaker extraordinaire Sean Shelby.
29 août 2014
UFC 177 fighters Ramsey Nijem, Diego Ferreira, Yancy Medeiros, and Damon Jackson play a game of Either/Or, including answering the age old question: Diaz or Nogueira?
26 août 2014
Cain Carrizosa weighs in during the UFC 177 weigh-in at Sleep Train Arena on August 29, 2014 in Sacramento, California. (Photo by Josh Hedges/Zuffa LLC/Zuffa LLC via Getty Images)
29 août 2014
Megan Olivi s'est entretenue avec le président de l'UFC, Dana White, afin de savoir le fond de sa pensée sur le malaise de Renan Barao et le reste de la carte de l'UFC 177.
29 août 2014