Redécouvrez Urijah Faber

L'ancienne vedette de la WEC, Urijah Faber, fera ses débuts à l'UFC le 19 mars face à Eddie Wineland...
Lorsque l’histoire des arts martiaux mixtes sera réécrite d’ici les prochaines années, le nom d’Urijah Faber en fera partie. Peu importe ce qui se produira à l’UFC 128 le 19 mars lorsqu’il affrontera Eddie Wineland, ainsi que pendant le reste de sa carrière, l’héritage de Faber aura déjà été laissé, simplement pour avoir fait découvrir les catégories de poids plus légères au grand public.

Demandez à vos amis le nom de quel athlète en arts martiaux mixtes chez les poids plumes leur vient en tête, et le nom qui reviendra sera celui de Faber. Il est aussi possiblement le seul combattant que votre soeur et votre fille connaissent. Cette notoriété ne s’acquiert pas en une seule soirée et ne perdure pas sans que le rendement demeure conséquemment présent lors des combats.

“Les gens vont tomber en amour avec nos catégories de poids”, mentionnait Faber lors de son passage à New York lors de la tournée promotionnelle de 2007 pour faire mousser le premier événement de la WEC diffusé sur Versus. “Vous allez trouver que c’est plus rapide, plus explosif et extrêmement divertissant.”

Lors du premier événement WEC / Versus de Las Vegas, Faber a défendu sa ceinture des poids plumes avec succès pour la troisième fois en soumettant Chance Farrar au premier round. Il s’agissait d’un affrontement pour lequel beaucoup de pression reposait sur les épaules de l’athlète de Sacramento. Et cette pression sur la vedette était le prix à payer pour que l’organisation mette tous ses œufs dans le même panier, mais vous n’auriez jamais pu le savoir si vous aviez parlé à ce dernier à l’époque.

“J’aime ce que je fais et je me sens privilégié de pouvoir mener la vie que je mène”, mentionnait l’athlète à ce moment. “Fondamentalement, c’est de l’entraînement tous les jours, sortir avec mes amis, manger de la bonne bouffe et voyager dans des endroits amusants. Donc je ne fais qu’apprécier. Ce n’est pas vraiment de la pression. En quelque sorte, j’ai toujours été le visage de tout ce à quoi j’ai pris part, que ce soit la lutte au lycée ou au collège, dans les plus petites organisations et maintenant à la WEC. J’ai l’habitude d’être sous les feux des projecteurs et ce n’est rien de bien différent de ce que j’ai connu autrefois, donc j’apprécie ma position et je sens que je pourrai aider l’organisation à atteindre le sommet, en plus de croire que les combattants légers sont le secret pour en arriver là.”

Et ils l’étaient. Faber et les autres qui venaient avec lui – des gars tels que Jose Aldo, Dominick Cruz, Mike Brown, Miguel Angel Torres, Mark Hominick et Brian Bowles – ont fait connaître aux partisans ce qu’ils n’avaient jusqu’alors pu voir que par la magie de vidéos provenant d’outre-mer. C’était des arts martiaux dont la rapidité a été décuplée, avec plus d’action, plus de technique et le public américain a adopté. Faber en était le visage, un rôle qu’il a accepté.

“Je crois que c’était une combinaison de choses”, a-t-il commenté en 2007 lorsqu’on lui a demandé pourquoi il croyait avoir été choisi comme égérie de la WEC. “Si vous m’avez vu combattre, c’est excitant. Lorsque je luttais au collège, c’était la même chose. Je donne toujours mon 100% et ça divertit les spectateurs. Je m’exprime bien et j’ai une allure décente, ce qui est assez unique dans ce sport, donc ça aide aussi. Mais je gagne aussi et s’il y a beaucoup de gars qui peuvent parler et bien paraître ainsi que beaucoup d'athlètes qui sont coriaces, c'est assez rare qu’on puisse retrouver tout ça chez une seule et même personne.”

Vrai, et Faber a livré la marchandise lorsqu’il a répondu à l’appel. Après le combat contre Farrar, il a vaincu Jeff Curran et a défendu son statut face à Jens Pulver lors du premier Super Fight de l’organisation en juin 2008. Il perdra sa couronne 5 mois plus tard aux mains de Mike Brown, mais son travail était fait. La WEC et les poids plumes étaient désormais sur la carte. Il aurait simplement pu poursuivre sa route, mais c’était après sa première défaite à la WEC que le monde entier a pu constater le cœur du champion.

Après avoir vaincu Pulver lors de leur combat revanche en 2009, deux de ses trois combats suivants ont été face à son ancien rival, Brown, et le jeune Aldo. Il aura perdu ces deux affrontements par des décisions au terme de cinq rounds or, ces duels n’ont pas été mémorables pour leur résultat, mais plutôt pour ce que Faber a enduré pour se rendre jusqu’au son de cloche final. Lors du combat contre Brown, il s’est fracturé la main droite et s'est disloqué le pouce gauche tôt en début d’affrontement, mais n’a pas baissé les bras. Le combat contre Aldo a été encore pire, alors qu’il a encaissé des coups de pieds aux jambes, les uns après les autres, rendant ses jambes inutiles et non reconnaissables.

Pour les publicités, entrevues, séances photo et de signature d’autographes, Faber n’a pas été conçu dans le moule. Il était avant tout un combattant.

Après sa défaite contre Aldo en avril 2010, la question était “que va-t-il faire maintenant?” Il est passé du statut de champion dominant avec une place au palmarès des meilleurs combattants livre pour livre au statut d’ancien champion qui avait perdu trois de ses cinq derniers affrontements.

La réponse de Faber? Se réinventer en perdant 10 livres et en ralliant les rangs des 135 livres. La première étape de son expérience a été un succès alors qu’il a soumis Takeya Mizugaki lors de ses débuts dans cette catégorie en novembre dernier. Le 19 mars, c’était la seconde étape contre l’ancienne première tête des coqs, Eddie Wineland, dont les deux derniers affrontements lui avaient valu les honneurs du KO de la soirée face à Will Campuzano et Ken Stone. C’est un rude combat pour Faber, tout comme ce l’est également pour Wineland, ce qui justifie son haut placement en tête de la carte de l’UFC 128 au New Jersey.

Avec une victoire, Faber récupérera sa position sur la liste des aspirants, et quel meilleur scénario y aurait-il que celui de voir “The California Kid” tenter de devenir champion dans une seconde division contre Cruz, dont la seule défaite chez les professionnels fut contre ce même Faber lors de leur combat de championnat chez les poids plumes en 2007?

Il y a aussi des possibilités d’affrontements contre Torres et “Kid” Yamamoto qui ont été plusieurs fois évoquées alors que Faber régnait sur la catégorie des 145 livres. Et un des premiers à demander ces affrontements était Faber.

“Le but pour moi est que mon nom devienne légendaire dans ce sport”, avait-il déclaré en 2007. “Le sport est si jeune que beaucoup de « visages » des arts martiaux mixtes se battent toujours et je sens que je pourrais m’imposer comme un des meilleurs combattants de MMA de l’histoire. Nous en avons besoin dans ce sport et je voudrais être le premier combattant dans les catégories plus légères à le faire. Il y a quelques gars qui sont sur un pied d’égalité avec moi à ce titre – Kid Yamamoto est l’un d’entre eux – et promouvoir un tel combat historique entre deux combattants de ce type aiderait assurément à l’avancement du sport.”

Les combats de Faber contre Pulver, Brown et Aldo étaient jadis parmi les plus importants, sinon les plus importants, mais il y a maintenant encore plus à faire pour l’athlète de 31 ans. Il doit maintenant présenter la catégorie des poids coqs aux partisans de l’UFC et bien qu’il ait de l’aide cette fois-ci pour le faire, il n’y a et n’y aura toujours qu’un seul Urijah Faber. Et lorsque ce sera fait, vous allez tous vous souvenir de lui.

Watch Past Fights

Médias

Récent
Le poids mi-moyens "Ruthless" Robbie Lawler a tout donné contre le vétéran de l'UFC, Bobby Voelker, et a remporté sa 18ème victoire par KO en carrière. Ne manquez pas l'UFC Fight Night San Jose afin de voir Lawler affronter Matt Brown.
21 juil. 2014
Before the UFC touches down July 26th in San Jose for a thrilling night of fights Road to the Octagon brings you inside the lives and training camps of the six elite fighters. At stake for welterweights Robbie Lawler and Matt Brown is a shot at UFC gold.
19 juil. 2014
Before featherweights Clay Guida and Dennis Bermudez go toe-to-toe Saturday in San Jose, take an in-depth look at their training camps in this episode of Road to the Octagon.
19 juil. 2014
Before the UFC touches down July 26th in San Jose for a thrilling night of fights, UFC Road to the Octagon: Lawler vs Brown, brings you inside the lives and training camps of the six elite mixed martial artists atop a stellar UFC Fight Night on FOX card.
19 juil. 2014