Sam Stout: Defend les paris a domicile

"Je vais essayer de prendre l'avantage de la situation puisque ce sera son premier gros combat et il se fera chez moi donc c'est sur lui que je transposerai la pression" - Sam Stout
UFC lightweight Sam Stout Il y a un secret dans le succès de Sam Stout, une folie bien particulière avec laquelle on peut définir sa carrière. En effet, Stout n'arrête jamais : il a déjà remporté cinq bonus pour les combats de la soirée dont trois consécutifs pour celui que l'on surnomme "Hands of Stone" ( littéralement mains de pierre).

Et même dans la défaite, Stout laisse rarement un de ses adversaires s'en sortir indemne. Je crois même que ce n'est jamais arrivé. De mémoire, la dernière fois qu'il a sévèrement subi la colère d'un adversaire, c'était en 2006 face à un certain Kenny Florian in 2006, un moment durant lequel il a pu croiser les étoiles en les voyant tourner autour de sa tête.
Mais Stout n'abandonne jamais. Il reste debout et tente de trouver une issue quelque soit la difficulté dans laquelle il se trouve.

“ Je ne vais pas me fatiguer ni même me laisser prendre dans une mauvaise posture, bloqué dans une tentative de soumission. Je ne suis pas là pour abandonner" nous explique t il avant de poursuivre " Je suis là pour faire mon combat jusqu'au bout, jusqu'à la fin du gong, je donne tout ce que j'ai sans m'arrêter et sans relâcher la pression sur mon adversaire. Mon jeu au sol est meilleur, je suis de plus en plus à l'aise avec les soumissions et j'ai une bonne défense de ce côté là. Pour le reste, il se trouve que j'ai un peu de chance parce que je suis né avec un menton qui tient plutôt bien la route et qui encaisse les coups".

Cet état d'esprit de guerrier de l'octogone, ses entraîneurs l'explique simplement.  Ces honneurs obtenus après ses combats et la qualité de ces derniers viennent du style de Stout explique notamment Rowan Cunningham, son entraineur de jiu-jitsu au centre d'entrainement Adrenaline Training à London dans l' Ontario au Canada ! Sam est valeureux, courageux et très peu peuvent faire ce qu'il fait à savoir aller au contact, chercher les coups, les encaisser et les rendre. 

“Sam a un instinct de survie incroyable. Il monte dans l'octogone et affronte des gars bien meilleurs que lui dans certaines phases de jeu et pourtant il leur tient tête et il rivalise avec eux sans jamais s'avouer vaincu. Il parvient à rester au niveau en usant de toutes ses armes même lorsque sur le papier ou dans la stratégie adverse, on le croit fini. Il peut clairement rivaliser avec n'importe qui"

Sam Stout est un peu un survivant dans le monde du MMA. Oui, il a survécu à 28 combats de MMA dont 15 à l' UFC, Stout (20-8-1 MMA, 8-7 UFC) va avoir du pain sur la planche face à un adversaire qui attend lui aussi son tour et qui clairement envie de démontrer son potenciel lors de l'évènement de samedi avec son nom sur l'affiche de l UFC 161.

“Kraus va chercher à montrer qu'il en veut, qu'il a faim -il essaie de rejoindre l'organisation depuis un moment déjà donc ce sera l'occasion pour lui d'atteindre l'un de ses objectifs mais je sais ce que j'ai à faire. Je vais me méfier de son high-kick et garder les mains bien hautes tout en restant concentré dans la rencontre et bien mobile sur mes appuis pour répondre à toute tentative d'attaque" explique Stout qui a clairement conclu " je cherche toujours à finir avant la limite mais ce n'est pas toujours évident d'y parvenir, c'est même de plus en plus difficile face à des adversaires qui veulent plus que jamais s'imposer pour poursuivre l'aventure avec l'UFC.

 Et justement, ici c'est l'UFC donc chaque adversaire est à prendre au sérieux. Il n'est pas évident de soumettre ou mettre KO. Si c'est possible, que l'occasion se présente, je la saisis, sinon, si ça vient pas, je reste concentré dans ce que je sais et dois faire. Le plus important, c'est le résultat et donc la victoire".

Watch Past Fights

Médias

Récent
Megan Olivi s'entretient avec le poids léger Ramsey Nijem avant son combat de l'UFC 177 contre Diego Ferreira. Nijem parle de son second affrontement contre un combattant invaincu et parle de l'influence de son frère sur son camp d'entraînement.
28 août 2014
Les têtes d'affiche de l'UFC 177, T.J. Dillashaw et Renan Barao ainsi que les autres vedettes de l'événement ont rencontré les médias afin de discuter de leur affrontement. Soyez à l'écoute de l'UFC 177 samedi en direct à la télé à la carte.
28 août 2014
Dans cette vidéo de la technique MetroPCS de la semaine, T.J Dillashaw est monté sur le dos de Vaughan Lee pour ensuite le soumettre avec un "neck crank".
Les combattants ont visité le Teletón Children's Rehabilitation Center alors qu'ils se trouvaient à Mexico. Le CRIT est produit par Televisa et plus de 500 médias mexicains et étrangers; ainsi que plus de 100 entreprises commanditent l'événement.
28 août 2014