Hughes vs Koscheck - Prévisions et analyse

Michael DiSanto analyse l'affrontement qui opposera Matt Hughes et Josh Koscheck lors de l'UFC 135...
Jetez un coup d’oeil à la liste des champions en titre de l’UFC. Est-ce que vous remarquez ici une thématique récurrente?

Je vais vous donner un indice : il s’agit d’un mot de cinq lettres. Allez, je sais que vous pouvez deviner…

Lutte.

Des sept champions de l’UFC, cinq ont un solide bagage en lutte amateur. Les deux figures d’exception sont originaires du Brésil. Bien que je n’aie pas procédé à l’analyse, je n’hésiterais pas à formuler l’hypothèse que si on prend les 10 meilleurs athlètes de chaque division, le ratio d’anciens lutteurs versus ceux qui n’ont pas de bagage en lutte serait sensiblement le même ou supérieur à celui des champions.

Il ne fait aucun doute que l'expérience en lutte amateur est un des meilleurs outils à avoir dans son coffre à outils. Samedi soir, deux des meilleurs lutteurs amateurs à avoir mis les pieds dans l’Octogone se feront face lors d’un affrontement qui aurait dû avoir eu lieu il y a déjà fort longtemps.

Josh Koscheck et Matt Hughes. L’un d’eux a atteint un point culminant de sa carrière. Un athlète possédant, selon plusieurs personnes, tous les outils nécessaires afin de devenir un jour champion. L’autre a manifestement entamé la seconde partie de ce qui est sans contredit, la carrière la plus prolifique de combattant de poids mi-moyen de toute l’histoire de l’organisation.

Il s’agit d’un combat relativement facile à analyser si on s’en tient aux adversaires. Kos est plus polyvalent et est donc globalement un meilleur combattant. Sa lutte est meilleure. Son pied-poing est à des années de lumière de son rival. Sa condition physique est irréprochable. Il sera assurément le plus gros et le plus fort des deux hommes lorsque la porte de la cage se refermera derrière eux.

Le seul avantage de Hughes sera peut-être au niveau des transitions vers le jiu-jitsu. Cela peut paraître surprenant de prime abord puisque Kos s’entraîne auprès du célèbre gourou du jiu-jitsu, Dave Camarillo. Or, Hughes avait déjà eu le temps de peaufiner toutes ses soumissions de ceinture noire, et ce bien avant que Koscheck n’ait revêtu ses premiers gants de vale tudo. Je doute qu’il y ait quoi que ce soit que Kos puisse faire au chapitre du jiu-jitsu que Hughes n’ait pas vu des douzaines, sinon des centaines de fois, au cours de ses sessions d’entraînement en compagnie de Jeremy Horn. Et au cas où vous ne le saviez pas déjà, Horn est tout simplement un des adeptes de combat au sol ayant connu le plus de succès dans l’histoire et il s'agit d'un partenaire d’entraînement de l'ancien champion de l’UFC.

Si on s’en tient strictement aux habiletés, Kos remporte ce combat haut la main. Il peut aisément déterminer l’orientation que prendra le combat et l’imposer, grâce à son avantage au niveau de la lutte. Cela implique qu’il choisira fort probablement de garder ce combat debout, puisqu’il s’agit de la grande faiblesse de Hughes. Kos a plus de puissance que nécessaire dans sa droite pour mettre son adversaire hors de combat d’un seul coup. Et il peut faire la même chose d’un coup de pied, voire même de son crochet gauche. Il peut aussi méthodiquement prendre Hughes de court, comme il l’a fait avec Diego Sanchez en 2007, s’il opte plutôt pour une approche conservatrice.

Je ne m’attends pas à ce que Kos fonce afin d’obtenir une mise au sol, même si je suis persuadé qu’il pourrait en obtenir à volonté si c’était ce qu’il voulait. De nouveau, je répète que les transitions en jiu-jitsu est un domaine dans lequel Hughes est avantagé. Kos ne s’est fait soumettre qu’une seule fois – lorsqu’il s’est fait prendre par Drew Fickett en 2005. II serait peu probable qu’il se fasse soumettre à nouveau samedi soir, mais on ne peut pas écarter le fait qu’il pourrait s’agir d’une possibilité.

Si Kos laisse un de ses bras à découvert au cours d’une rude séance de “ground and pound”, Hughes est plus que capable de lui passer la clé de bras ou soulever les hanches afin de le coincer dans un étranglement triangulaire. Si Kos plonge pour la mise au sol en ayant les yeux rivés au tapis, alors c’est la guillotine qui le guette. Et si Hughes peut trouver un moyen de le contraindre à demeurer sur son dos, c’est plutôt le kimura, soumission fétiche de l’ancien champion, qui pourrait consolider l’issue du combat.

En réalité, Hughes a peut-être deux avantages. Est-ce qu’il y a quelqu’un dans cette division qui est plus efficace en « ground and pound » depuis la position dominante? Ni GSP, ni Kos, ne manquent d’adresse en ce domaine, mais peuvent-ils vraiment se targuer d’être aussi efficaces que Hughes?

Si Hughes est capable d’obtenir une mise au sol, ce sera extrêmement intéressant de voir si Kos sera capable de se relever ou d’utiliser son offensive en BJJ depuis la position du dessous. Hughes sera assurément extrêmement patient lorsqu’il sera en position dominante, se concentrant uniquement sur sa position afin de s’assurer qu’il contrôle totalement son rival. À partir de là, il fera ce qu’il fait le mieux, soit lancer d’écrasants coups de poing et de coude. Si aucun d’entre eux ne mène à l’arrêt du combat, ils auront néanmoins servi à faire beaucoup de dommage et affecter la force, l’endurance et la confiance de son adversaire. Si Hughes peut garder ce combat au sol pendant au moins la moitié de sa durée, il va l’emporter. Fin de la discussion.

Selon moi par contre, on ne peut pas analyser ce combat en s'appuyant sur l’énumération des forces et faiblesses de chacun, telles que nous pourrions les lire sur papier. Il faut plutôt tenir compte de l’état psychologique et la confiance des deux hommes à ce moment précis de leur carrière respective.

Les deux ont récemment encaissé des revers dévastateurs. Koscheck a souffert d’une fracture à l’os orbital, une courtoisie de Georges St-Pierre, au cours d’un combat à sens unique s’étant soldé par une décision unanime en faveur de GSP. Hughes s’est pour sa part malencontreusement trouvé sur la route du poing de BJ Penn; en a résulté sa mise hors de combat en seulement 21 secondes. Personne ne peut prédire comment un combattant réagira après avoir subi une défaite aussi dévastatrice. Il pourrait s’agir d’un des facteurs les plus déterminants de cet affrontement.

La défaite de Kos face à GSP a eu lieu au cours du seul affrontement de sa carrière où il a été clairement dominé, une situation pour laquelle il n’a pu trouver aucune excuse. Il n’y a rien qui puisse expliquer sa déconfiture cette fois-ci. GSP l’a malmené comme l’aurait fait un gorille du double de sa taille et pourtant, la vedette de l’AKA avait bel et bien complété un camp d’entraînement fructueux. Kos a peut-être combattu avec beaucoup de coeur, de détermination et de courage - particulièrement considérant le fait qu’il s’était fait fracturer l’os orbital tôt en début d’affrontement - mais il n’y avait absolument rien à son arsenal qui pouvait lui permettre de répondre un tant soit peu, aux incessantes attaques de GSP et ce, dans aucun aspect du combat. Il a pris une sévère raclée pendant 25 minutes.

Et à mon avis, cela cause davantage de dommages psychologiques qu’un KO ou qu’une soumission rapide. Et c’est encore pire que la raclée que Kos a encaissé de la part de Thiago Alves, considérant qu’il avait accepté ce combat de remplacement à peu de temps d’avis. S'il pouvait alors expliquer sa défaite en remettant la faute sur un manque de préparation, il ne peut d'aucune façon expliquer son revers face à GSP autrement qu’en avouant avoir été vaincu par un combattant meilleur que lui.

Le revers peut amener le doute, particulièrement lors du premier affrontement qu’un combattant livre après une aussi cuisante défaite. Le doute mène pour sa part à l’hésitation. Et l’hésitation dans l’Octogone amène à son tour la défaite.

Est-ce que Kos combattra avec le doute ancré au plus profond lui? Est-ce que Hughes pourra utiliser ce doute afin de l’amener au sol? Et une fois au sol, est-ce que Kos paniquera? Fera-t-il une erreur qui lui sera fatale? Ouvrira-t-il la porte à Hughes afin que ce dernier puisse l’emporter de surprenante façon?

Il y a deux autres facteurs qui pourraient nuire à Kos pour cet affrontement. Premièrement, il a accepté le combat avec un court délai d’avis. C’est Diego Sanchez qui devait originalement affronter Hughes, n’eut été de la fracture à la main qu’il a subie il y a quelques semaines, ce qui a valu l’opportunité à Kos d’être de retour dans la cage plus rapidement que prévu. La dernière fois que Kos a combattu dans le même contexte, il a perdu au terme d’un affrontement à sens unique. C’était face à Alves, comme je l'ai précédemment mentionné. On ne peut pas faire fi du contexte.

En second lieu, le soir du combat, il y a aura déjà 287 jours qu’il ne sera pas grimpé dans l’Octogone, une marque record dans le cas de Koscheck. Cette période d’inactivité aura donc été de trois mois de plus que sa précédente marque, soit la période d'inactivité ayant précédé son affrontement contre GSP.

Est-ce que la rouille sera un facteur qui viendra influencer le combat? Est-ce que cela a été un facteur lors du combat contre GSP? Est-ce que Kos se demande si sa "rouille" constituera un problème? Sera-t-il dans le doute?

Ce sont d’importantes questions dont les réponses influenceront le combat à mon avis. Il s’agit des principaux facteurs qui détermineront l’issue du combat.

Je crois néanmoins que Kos triomphera dans l’adversité en livrant une des meilleures performances de sa carrière. Mais peut-être que l’ancien champion a encore de la puissance sous son capot…

Médias

Récent
L'animatrice Lisa Foiles vous dévoile tout ce que vous devez savoir au sujet des actualités du vendredi 1er août.
1 août 2014
Le redoutable combattant de muay thaï, Thiago Tavares, teste ses habiletés au sol contre Jason Black. Voyez Tavares affronter Robbie Peralta à l'événement UFC Fight Night Bangor.
1 août 2014
Le poids mi-lourd Ovince Saint Preux tente d'utiliser sa puissance afin de contrer le jeu au sol du redoutable Cody Donovan. Voyez OSP affronter Ryan Bader en combat principal de l'événement UFC Fight Night Bangor.
1 août 2014
L'animatrice Lisa Foiles vous dévoile tout ce que vous devez savoir au sujet des actualités du jeudi 31 juillet.
31 juil. 2014