NATE MARQUARDT PARLE DE TOUT

« Je pense que j'ai toujours eu ce coté méchant, mais je l'avais perdu pendant un moment car il y a des choses qui ont changées dans ma façon de combattre. Puis, suite à la défaite face à Anderson (Silva), il est revenu. »

Au début de sa carrière, Nate Marquardt a passé plusieurs années au Pancrase au Japon, et il est aujourd’hui l'un des meilleurs combattants de l'UFC, le challenger poids moyen a tout vu dans le monde du combat. Le 13 Novembre, un des combattants les plus expérimentés du sport va monter dans l'Octogone face à Yushin Okami, et le gagnant aura le droit de disputer la ceinture de la catégorie des 185lb (84kg). Voyons un peu ce que « Nate The Great » avait à dire avant son voyage en Allemagne.

Au sujet de son premier combat au Pancrase face à Genki Sudo (2001)
« Avant mon premier combat j'avais le trac. Il m'a battu, mais je savais que j'étais meilleur que lui, et je savais que si je continuais à m'entraîner j'allais pouvoir faire beaucoup de choses. Cela m'a incité à m'entraîner plus fort et revenir victorieux dans mes combats suivants. »

Au sujet de son combat face à Shonie Carter (2001)
« Les dix premiers minutes étaient un peu ennuyeux, à part l'étranglement en triangle que j'ai verrouillé en tout début du combat, j'ai failli l'avoir. À la fin il s'en est sorti, et il m'a mis au sol peu de temps après avec un coup de poing, alors le premier round a fini en égalité. Lors de la deuxième reprise je l'avais dans ma garde et je l'ai renversé grâce à un kimura. Il a tourné le dos et j'ai verrouillé un étranglement arrière. Je l'avais complètement écrasé et puis le gong a retentit dans les secondes après que j'ai verrouillé l'étranglement. Ils m'ont alors donné la décision. »

Sur le fait d'avoir été King of Pancrase à 22 ans (2001)
« Les mecs de Pancrase croient que c'est génial que je sois aussi jeune et être déjà le champion. Je ne peux que m'améliorer, et j'ai beaucoup de temps devant moi pour combattre avant de me retirer. Être champion aussi jeune c'est bien car je peux continuer à combattre encore longtemps. »

Sur Anderson Silva – avant de l'affronter (2007)
« Je vois un combattant formidable, similaire à moi dans certains aspects ; fort debout, fort au sol. On peut voir qu'il est très fort mentalement et qu'il sait gérer le stress du combat et faire une bonne prestation. Il faut que je regarde ses faiblesses, que je regarde ses forces, que je trouve une bonne stratégie et faire ce que j'ai toujours fait : aller combattre. »

Les changements qu'il a fait depuis sa défaite face à Ricardo Almeida en 2003 (2007)

« Depuis, je suis devenu très religieux et je pense que c'est un de mes forces. Je suis très proche avec Dieu et pour moi c'est le plus important. Et puis bien sûr, je suis béni avec des coéquipiers formidables – c'est à ce moment là que j'ai rejoint l’équipe de (Greg) Jackson, et c'est aussi à ce moment là que j'ai commencé à travailler avec mon coach de boxe, Trevor (Wittman). »

Sur la nécessité d'évoluer (2007)
« Je pense que j'étais obligé de subir des choses que j'ai subi pour arriver au point où j'en suis – des mauvais moments et des défaites et des choses comme ça. C'est cela qui te fait comprendre qu'il faut que quelque chose change. On ne changera jamais si on gagne tout le temps et tout se passe bien. »


Sur l'importance du mental (2007)
« Lorsque je visualise mes combats, ils peuvent durer deux minutes et je peux l'étrangler ou le mettre KO, mais en même temps, si je ne le finalise pas rapidement comme ça, je suis toujours prêt à tenir la distance, quoi qui se passe. C'est mental, c'est la condition physique aussi, mais je suis toujours prêt pour tout ce qui peut se passer lors d'un combat, je veux toujours être comme ça. Une bonne partie de ma préparation est mentale, c'est maintenant que je me focalise sur mon entraînement mental. »

Au sujet de son rêve (2007 – pré-Silva)
« C'est mon rêve depuis que j'ai 15 ans d'être le champion de l'UFC et maintenant j'ai ma chance, alors c'est important pour moi. Toute ma vie je voulais être un combattant et être un champion – pas pour la célébrité ou même la gloire et tout cela – mais seulement pour me prouver que j'étais capable de le faire. »

Sur le combat contre Silva (2008)
« J'ai commencé à croire tout ce qu'on disait à son sujet, à quel point il était dangereux et à quel point il était fort en pieds et poings. Quand j'y pense maintenant, j'ai laissé les perceptions des autres sur le combat changer ma façon de le voir aussi. J'aurai dû aller et combattre à ma façon. J'ai bien commencé, mais au fer du combat ça a changé. Pour être honnête, je pense que je suis un meilleur boxeur que lui et je pense être plus dangereux que lui, et j'aurai dû garder cela à l'esprit tout le long du combat. Il m'a touché avec un bon coup en fin du round, et au lieu d'attaquer je me suis mis en mode défensif. »

L'épuisement professionnel (2008)

« C'était un problème que j'avais avant le combat contre Silva car je faisais cela depuis très longtemps. Au lieu de combattre pour gagner ou parce que j'aime combattre, j'ai commencé à combattre pour ne pas perdre, et cela m'a ôté toute la joie dans ce que je faisais. Je pense que j'avais vraiment besoin de ce combat (contre Silva) parce que maintenant j'arrive à l'entraînement et je suis excité, c'est amusant, j’apprends de nouvelles choses. Avant je me suis entraîné et j'ai combattu parce que j'aimais ça, et maintenant j'ai retrouvé cette mentalité, et je pense que c'est important. J'avais vraiment besoin de ce combat. Maintenant je n'ai plus peur de perdre et cela me rend plus dangereux. »

Son coté méchant (2010)
« Je pense que j'ai toujours eu ce coté méchant, mais je l'avais perdu pendant un moment car il y a des choses qui ont changé dans ma façon de combattre. Puis, suite à la défaite face à Anderson (Silva), il est revenu. »

Le changement de sa philosophie post-Silva (2010)
Pendant un moment, je combattais pour ne pas perdre, et je contrôlais très bien mes combats – bonne lutte, bonne boxe, bonne défense – mais l’agressivité nécessaire pour finaliser un combat n'était plus là et maintenant j'ai remis ça dans mon jeu. C'est quelque chose que j'avais dans le passé, j'ai continué à travailler mes compétences techniques et tout cela, et j'ai fait des progrès dans tous les domaines, mais c'est ça qui a fait la plus grande différence, seulement parce que je l'avais oublié pendant un moment. »

Sport vs Fight (2010)
« Dans le passé, je pu voir ces deux aspects. C'est un sport, mais c'est aussi un combat. Ce n'est pas un jeu. Lorsque tu combats, tu peux vraiment te faire mal. Tu peux être en train de gagner le combat, puis à n'importe quel moment, si tu fais un faux mouvement, tu peux prendre un KO ou te faire étrangler, ou le contraire. Peu importe si tu mènes ou pas, tu es là pour te battre et finaliser le mec. Pendant un moment, je le voyais plus comme un sport. »

Des entraînements avec l'ancien champion du monde de Boxe Anglaise Vernon Phillips (2010)
« Pendant au moins deux ou trois ans, il était un de mes partenaires principaux. Boxer avec un mec comme lui, j'ai vraiment appris à boxer. Le niveau de boxe d'un mec comme lui est vraiment incroyable, et il faut savoir boxer pour s'entraîner avec quelqu'un comme ça. Lorsque j'ai commencé avec lui, c'était dur. À chaque séance j'avais l'impression d'être dans une véritable bagarre. Je sentais chaque coup, et j'étais tendu, quand j'essayais de contrer je frappais trop fort juste pour l'éloigner un peu de moi. Au bout d'un moment, tu apprends à te déplacer, à contrer, à réagir sans être tendu et c'est comme ça qu'on apprend à boxer. »

Au sujet du combat en pieds et poings (2010)
« Une stratégie doit commencer avec la boxe, car tous les combats commencent debout. On ne commence pas au sol, alors il faut avoir une stratégie pour le combat debout, et une chose très importante dans la boxe Anglaise c'est le jeu de pieds, et c'est quelque chose qui transfère très bien au MMA. Si on se sert d'un bon jeu de pieds, c'est très difficile pour son adversaire de l’attraper. Si on est plus un combattant statique, d'un pas lent, il va être plus facile à se faire mettre au sol. Regarde Sugar Ray Leonard et Roberto Duran lors de leur premier match, Sugar Ray Leonard a essayé d'échanger des coups avec Duran, il est entré dans son jeu. Mais une fois qu'il a changé, qu'il l'a boxé à distance et il s'est servi de ses pieds pour se déplacer dans le ring, Duran n'a même pas pu le toucher. »

Ses débuts à l'UFC (2007)
« Je n'ai pas vraiment beaucoup de pression. Lorsqu'on est champion ou qu'on a été le champion, ils s'attendent à certains choses, et s'ils ne voient pas ce qu'ils cherchent, ils ne vont pas être contents. Mais dans ma position, j'aime être l'outsider avant un combat. Je n'ai jamais perdu un combat lorsque j'étais l'outsider car j'ai un mental fort et je pense que c'est un bonne situation pour moi. »

Le Compétiteur (2010)
« Je ne sais pas vraiment d’où ça vient. Je crois que je l'ai toujours eu et c'est plus une mentalité de compétiteur. C'est marrant car ma famille ou celle de ma femme me disent toujours, quand on joue aux jeux vidéos ou simplement jouer « mince, t'es toujours aussi compétitif » (Rire). Je suppose que tout le monde n'a pas cette attitude, mais pour moi c'est normal. C'est bizarre pour moi de penser autrement. »

Watch Past Fights

Médias

Récent
Yoel Romero et Tim Kennedy se sont échangé quelques mots dans les coulisses après leur combat controversé à l'UFC 178. Rendez-vous sur UFC.tv afin de voir l'UFC 178 en rappel!
30 sept. 2014
Le compte-rendu des classement est une nouvelle série hebdomadaire UFC.com qui offre aux fans un aperçu des classements officiels de l'UFC. Cette semaine Matt Parrino et Frank Mir discutent des récents changements dont Dominick Cruz et Conor McGregor.
30 sept. 2014
Breaking news on the co-main event of the upcoming Ultimate Fighter finale!
30 sept. 2014
John Gooden and Dan Hardy take an in-depth look at UFC Fight Night Stockholm this Saturday. Watch on UFC FIGHT PASS.
30 sept. 2014