La Resurrection d'Urijah Faber

UFC bantamweight Urijah FaberUrijah Faber est un gars sympa. Oui mais jusqu’où est-il sympa ? Et bien, après plusieurs plaintes des fans et des médias pour le double tenant du titre WEC poids plume et le champion à deux reprises de l'UFC catégorie poids coqs : il y a bien des excuses à présenter oui mais pas de celui qu'on croit visiblement. Celui qui est à la reconquête de son titre de champion contre Renan Barao  à l’UFC 169 ce samedi a été salué avec éloge,  aucune critique à son égard. Et d'ailleurs il pense que quelqu’un devrait présenter des excuses, et ce n’est pas à lui de les faire.

« Personnellement, je pense que Joe silva (entremetteur à l’UFC), Sean Sheilby (le président de l’UFC) ; Dana White, et (le PDG et président de l’UFC) Lorenzo Fertitta ont besoin de recevoir des excuses de la part des médias, » a déclaré Faber en souriant. «  Ils pensent qu’ils ne connaissent pas leur travail. Il y a bien une raison si ces personnes sont dans ce sport depuis si longtemps et ont connu tant de succès. Ils savent ce que c’est le talent, ils connaissent ce sport, et ils m’ont donné le titre car ce sont des hommes sages, non pas parce que j’ai l’apparence d’un combattant.

Faber rigole, toujours lorsqu’un des combattants n’est pas à l’aise sous les feux des projecteurs. Mais malgré son succès et sa popularité, ce combat de championnat n’était pas un cadeau, aucune tentative de vendre des billets après que Dominick Cruz  ait été forcé à abandonner l’événement principale à cause d’une blessure. Faber s’est mis dans la perspective à l’ancienne, en gagnant, gagnant, et gagnant un peu plus.

Faber a dû assumer sa part de responsabilité à quatre reprises en 2013, il a dû faire face à Ivan MenjivarScott Jorgensen, et Michael McDonald,, et la décision contre Iuri Alcantara. Tous remarquables, et «  The California Kid » ne laisse paraître aucun doute dans aucun de ses combats. C’est la seule façon pour lui de marquer son retour après sa défaite lors de son premier combat contre Barao lors l’UFC 149 en 2012, et cette fois-ci, il n’y aurait pas eu de commentaires sarcastiques à son sujet étant clairement  le numéro un dans la catégorie des 61 kilos ne permettant à aucun doute de s'installer ni dans son esprit ni dans celui de l'adversaire qui devrait reconnaître sa supériorité.

Est-ce que c’était sa meilleure année ?

« J’ai eu des bonnes années », a-t-il déclaré. «  J’ai eu un palmarès sans faute avec 7-0 en 13 mois, c’est une bonne chose. Mais cette fois, c’est à l’UFC, beaucoup plus de gens regardent et il y a beaucoup plus d'enjeu, donc je dirais probablement. »

Mais quel est le secret de la résurrection de Faber ? A 34 ans et avec 36 combats à son compteurs, le natif de Sacramento devrait être dans la phase de déclin de sa carrière,  et non pas à une victoire dans un championnat du monde. Mais c'est dans un tout autre état d'esprit qu'il fera on entrée au prudential Center samedi avec l'esprit guerrier et conquérant qu'on lui connaît.

Médias

Récent
The full Ultimate Fighter 19 bout between Cathal Pendred and Hector Urbina.
24 avr. 2014
Lightweight Yancy Medeiros takes you inside his training camp as he prepares for his UFC 172 fight against veteran Jim Miller.
24 avr. 2014
UFC 172 media day at Camden Yards on April 24, 2014 in Baltimore, Maryland. (Photo by Josh Hedges/Zuffa LLC/Zuffa LLC via Getty Images)
24 avr. 2014
Luke Rockhold hits the golf course with SHOOTMedia! to talk about his upcoming bout against Tim Boetsch at UFC 172 in Baltimore.
24 avr. 2014