Thiago Alves - Souriant, mais encore Dangereux

“ Je suis à un point dans ma vie où je ne veux plus perdre de combats et c'est à moi d’assurer. Je contrôle mon propre destin." - Thiago Alves
UFC welterweight contender Thiago Alves

Le premier voyage de Thiago Alves en Angleterre pour un combat à l'UFC en 2008 ne figure peut-être pas sur la liste des meilleurs moments de sa vie, selon de quelle partie du voyage on parle.

Si on parle des jours et des semaines avant le combat contre Matt Hughes, il se souvient surtout d'une blessure à la cheville et un cutting d'enfer qu'il savait qu'il allait échouer, il avoue même s'être senti « désespéré, je ne croyais pas que j'allais pouvoir combattre. »

Mais malgré un sur-poids de 2 kg pour le combat poids mi-moyen, Alves a pu combattre lorsque Hughes s'est annoncé d'accord de continuer avec le combat principal de l'UFC 85, et cette partie du voyage, ça a plutôt fait plaisir à Alves.

« Le jour du combat j'ai passé un moment génial. » il rigole, ce qui n'est pas étonnant quand on considère qu'il a mis KO le membre du l'UFC Hall of Fame au deuxième round. C'était une prestation impressionnante, pas seulement à cause de l'adversaire en face, mais parce qu'il a été capable de prendre sur lui tout ce qui s'était passé la semaine d'avant, et faire ce qu'il avait à faire.

« C'était simplement mon état d'esprit, et j'ai été béni ce jour là aussi, » il explique. « J'avais un objectif devant moi, j'avais beaucoup travaillé et je voulais une récompense, alors je suis allé la chercher. J'ai exactement la même mentalité en ce moment. Je sais que je ne vais rien avoir gratuitement, alors je vais aller le prendre. »

En ce moment, Alves est en Angleterre de nouveau, Birmingham pour être plus précis, en préparation pour un grand combat ce samedi soir contre le combattant invaincu, mais peu connu, Papy Abedi. C'est un grand combat car c'est l'opportunité pour le “Pitbull” de se remettre sur le bon chemin suite à trois défaites au cours de ses quatre derniers combats. Alors il sait ce qu’il y a en jeu ce weekend.

« Je suis à un point dans ma vie où je ne veux plus perdre de combats et c'est à moi d’assurer. » a-t-il expliqué. « Je contrôle mon propre destin, et j'ai pris le contrôle de tous mes actions et tout ce qui se passe dans ma vie. C'est le moment. Je vais dès à présent prendre mon avenir en main, et je ne perdrai plus aucun combat. J'ai fait le travail, et maintenant je dois y aller et combattre et faire de mon mieux, et je sais que quand je suis au meilleur de ma forme, personne ne peut m'arrêter. »

La victoire face à Hughes a eu lieu au milieu d'une série de sept victoires consécutives qui a emmené Alves du statut de combattant talentueux et sous-performant au challenger officiel de la catégorie poids mi-moyen. Mais des défaites contre le champion Georges St-Pierre et Jon Fitch (lors d'un combat revanche), et un coup de frisson lorsqu'une irrégularité sur un scanner lui a forcé à subir une intervention avant le deuxième combat contre Fitch pour séparer un artère d'une veine dans son cerveau, lui a fait faire plusieurs pas en arrière. Et bien qu'il ait battu John Howard lors de l'UFC 124, une défaite par décision face à Rick Story lors de l'UFC 130 au mois de Mai était une déception de plus, même si Alves croyait avoir mérité la victoire.

« De ce dernier combat, j'ai vraiment appris beaucoup, » il a déclaré. « Parce que j'ai tellement travaillé lors de ma préparation, je croyais que ça allait être un combat facile. Mais lorsque j'étais prêt à combattre, et quand j'ai vraiment travaillé et j'ai élevé le rythme, c'était trop tard. Le premier round je l'ai perdu définitivement, mais je crois avoir gagné le deuxième round de peu, et au troisième j'ai vraiment pris le contrôle. Alors je ne comprends pas, mais j'ai appris à ne pas laisser les autres décider. Je vais prendre le contrôle. »

Et s'il y a quelqu'un plus sereine qu’Alves, juste avant un combat important comme celui là, je ne l'ai pas trouvé. Cela semble venir de plusieurs facteurs. Premièrement, il est confiant d'avoir comblé ses lacunes dans son jeu. Ensuite, c'est la troisième fois qu'il prépare son combat avec Mike Dolce, le gourou du régime alimentaire et préparation physique et il sent qu'il est enfin arrivé au top. Et en dernier, il ne combattra pas contre un lutteur (comme GSP, Fitch ou Story) ce samedi.

« Il ya ça aussi, » il rigole. « Mais voilà le truc. Je veux un lutteur après ce combat pour voir de quoi je suis capable. Ça fait partie du jeu du sport de MMA, il faut s'adapter à toutes les situations. C'est flatteur qu'on ne veuille pas rester debout et boxer avec moi, mais ça démontre que je dois m'améliorer dans d'autres aspects du jeu. Je l'ai déjà fait, ce n'est qu’une question de temps pour que je puisse le refaire. Tout ce qui se passe dans ma vie maintenant, je pense que c'est juste une question de temps. Je vais avoir tout ce que je veux, ce n'est qu’une question de temps et je dois être patient et agir au bon moment. »

En ce qui concerne son poids, son problème récurrent, le combattant de 28 ans semble avoir pris le contrôle, il m'a même dit il y a une semaine, qu’il aurait pu être au poids vendredi dernier, chose qu'il n'aurait jamais dit auparavant.

« C'est une bénédiction, » déclare Alves. « Et c'est la première fois que je me sens à l'aise avec mon poids. Cette fois-ci, je vois les résultats sur mon corps et sur la balance, et c'est génial de ne pas avoir à m'en inquiéter. Mon poids n'est plus un problème, alors c'est une chose en moins dans mon esprit et je suis impatient d'y aller et me mettre à l'œuvre. »

Et le joker dans tout ça, le Suédois Abedi, qui arrive à l'UFC avec une excellente réputation et tout a gagné avec une victoire contre un prétendant respecté comme Alves ? Est-ce que le Brésilien a été surpris de se trouver à affronté un nouveau venu lors de l'UFC 138 plutôt qu'un adversaire plus connu ?

« Un petit peu, » il a avoué. « Mais comme j'ai dit, je suis à un point dans ma carrière où je ne peux plus me permettre de perdre, alors je m'approche de ce combat comme si c'était un combat de championnat ou quelque chose qui va changer ma carrière et ma vie à jamais. Surtout parce qu'on s'attend à tellement de ma part. Si c'est quelqu'un d'inconnu, on s'attend à beaucoup de moi, mais je ne pense pas à cela ou à ce que les autres attendent de moi. Je pense à ce que je veux, alors je me suis bien préparé dans tous les domaines du combat. J'ai vu tous ses meilleurs combats et il est coriace, mais il n'a jamais combattu au niveau de l'UFC, ça va être un gros changement pour lui. Alors c'est une opportunité pour lui, mais pour moi également. »

L'opportunité dont il parle est de faire un spectacle digne du Pitbull et de finir 2011 de manière impressionnante avant de débuter l’année 2012. Papy Abedi pense la même chose, Thiago Alves le sait... et il en est content.

« S’il voit ceci (combattre à l'UFC) comme une opportunité de faire ce qu'il aime faire et que ses rêves se réalisent, alors c'est un homme dangereux, et à mon avis c'est comme ça qu'il (Abedi) doit penser en ce moment, » explique Alves. « Car c'est exactement comme ça que je pense et c'est exactement ce que je veux. »

Watch Past Fights

Médias

Récent
Aisling Daly and Angela Magana step on the scale in anticipation of their bout on an all-new episode of The Ultimate Fighter: A Champion Will Be Crowned.
29 oct. 2014
Fifth-ranked Aisling Daly watches film with Team Pettis coaches Anthony Pettis, Sergio Pettis, and Scott Cushman before her bout against Angela Magana on an all-new episode of The Ultimate Fighter: A Champion Will Be Crowned.
29 oct. 2014
No. 12 Angela Magana sits with Gilbert Melendez to talk gameplan before her bout with Aisling Daly on an all-new episode of The Ultimate Fighter: A Champion Will Be Crowned.
29 oct. 2014
Lisa Foiles previews Wednesday's episode of The Ultimate Fighter and recaps the Michael Bisping-Luke Rockhold conference call.
29 oct. 2014