Enfin - Shields Fera ses Débuts à l'UFC

« C'est vraiment cool que l'UFC m'est donné une opportunité, et qu'ils m'est mis dans le deuxième combat principal lors d'une évènement d'un telle importance. Cela montre que l'UFC a confiance en moi et qu'il veuille me pousser vers le haut comme le vétéran que je suis, au lieu de me traiter comme un nouveau arrivé. C'est une véritable opportunité de marquer les esprits et montrer à tout le monde de quoi je suis capable. Je vais faire impression dès mes débuts dans l'Octogone, je vais donner le meilleur de moi-même. »

Avant d'être placé dans le combat principal de l'UFC 121 ce samedi face à Martin Kampmann, il a gagné des combats contre des adversaires tels que Dan Henderson et Mayhem Miller qui lui ont permis de se classer parmi les meilleurs combattants toutes catégories confondues au monde. Jake Shields était un simple bagarreur, un ancien lutteur All-American qui avait tous les vieux critères de combattant ; combattre n'importe où, contre n'importe qui, n'importe quand.

Quand on regarde d'un peu plus près les noms de tes adversaires depuis le début de ta carrière .On se dit que ton manager ne 'appréciait pas beaucoup.


Il rit.


« J'étais mon propre manager et j'ai accepté toutes les offres de combat qu'on m'a faites » dit Shields, qui est maintenant managé par son père Jack. « Je n'ai en définitif pas construit un faux palmarès, et je n'ai pas eu beaucoup de combats facile au début de ma carrière. J'affrontais tout le monde. Mais à la fin, j'ai acquis tellement d'expérience que maintenant c'est une bonne chose. »

C'est le genre d'expérience qu'on ne peut ni acheter, ni acquérir à l'entraînement, même avec les meilleurs partenaires. Pour combattre à un haut niveau dans ce sport, il faut accepter d'affronter des adversaires qui ont la capacité de te battre. C'est une idée que la boxe a perdu avec les années, les seuls boxeurs qui passent à la télé et combattent pour des ceintures sont ceux qui ont des palmarès fabriqués de 25-0 contre des adversaires qui n'ont pas le niveau pour les affronter. Ce n'est pas le cas du MMA, surtout pas pour des hommes comme Shields.


Il suffit de regarder son palmarès, avec des combats (et des victoires) contre Henderson, Miller, Robbie Lawler, Dave Menne, Yushin Okami, Hayato “Mach” Sakurai, Toby Imada, Carlos Condit, Steve Berger, Renato Verissimo, Mike Pyle, Nick Thompson, et Paul Daley, et on constate rapidement que ce combattant de 31 ans de San Francisco a roulé sa bosse .

« Cela t'endurcit, » il a dit, « Il n'y a rien au monde qui puisse t'apporter autant d'expérience que des combats difficiles. Grâce à tous les mecs coriaces que j'ai déjà affrontés, et des vraies guerres que j'ai menées, j'arrive à l'UFC avec plus d'expérience que beaucoup d'autres combattants. Des mecs comme Wanderlei Silva, Anderson Silva et Shogun (Rua) sont arrivés avec un bon niveau d'expérience, et moi aussi. C'est bien pour moi, parce que je vais pouvoir marquer les esprits tout de suite. »

Pour les fans aguerris du sport, Samedi soir est un moment attendu depuis longtemps. Mais pour les moins avertis, Shields est un inconnu qui débute dans l'Octogone.

« En fait c'est bizarre, car pour certain je suis le nouveau qui arrive, » il a dit, « Mais c'est vraiment cool que l'UFC m'est donné cette opportunité et me place dans le deuxième combat principal de la soirée lors d'une carte aussi importante. Cela prouve que l'UFC a confiance en moi et qu'il veuille me pousser vers le haut comme le vétéran que je suis, au lieu de me traiter comme un nouvel arrivé. C'est une véritable opportunité de marquer les esprits et montrer à tout le monde de quoi je suis capable. Je vais faire impression dès mes débuts dans l'Octogone, je vais donner le meilleur de moi-même. »


Et lorsque Shields est au meilleur de sa forme, il est difficile de l'arrêter. Invaincu en 14 combats consécutifs depuis 2005, la ceinture noire de César Gracie jiu-jitsu était aussi sur une série de huit victoires avant la limite du temps réglementaire, avant d'affronter Miller et Henderson, deux combats acharnés lesquels ont duré cinq rounds. Au poids moyen. Encore plus impressionnant sachant qu'il doit affronter des adversaires d'un tel niveau malgré un désavantage de poids et de puissance. Cependant il a prouvé qu'il savait tenir la distance de cinq rounds lors des combats de championnat, un atout dont il aura besoin s'il gagne contre Kampmann ce week-end et puis affronte le gagnant du combat entre George St-Pierre et John Koscheck pour la ceinture poids welter de l'UFC qui aura lieu en Décembre.

« Savoir que tu peux survivre à un combat difficile qui dure cinq rounds te donne confiance, » a dit Shields. « Je ne veux surtout pas refaire un combat difficile de cinq rounds ; je veux y aller et finaliser tous mes combats. Mais maintenant je sais que je suis assez fort mentalement pour surmonter ce type de situation. »


Concentrons-nous sur les choses urgentes, c'est à dire le choc avec Kampmann ce samedi, qui marquera son retour à la catégorie des welters et aux combats de trois rounds, deux points qui feront plaisir à Shields.

« C'est un peu différent. Quand c'est cinq rounds, il faut contrôler un minimum le rythme. Pour trois rounds, tu veux y aller à fond et tout donner. Aujourd'hui, je suis au meilleur de ma forme et je suis capable de combattre à un rythme plus élevé lors d'un combat de trois rounds. (Par rapport au poids) Je mangeais tout ce que je voulais quand je combattais à 185lb (84kg), ce qui était sympa. (Rire) Je m'empiffrais et je mangeais tout le temps, alors je n'avais qu'à manger un peu plus sainement et manger un peu moins. J'ai perdu du poids facilement. Je pense que 170lb (77kg) est la meilleure catégorie pour moi – je suis rapide et je me sens meilleur à ce poids. »

Il est aussi prêt pour tout ce que le talentueux Kampmann pourra lui faire subir. Il espère jeter le « Hitman » au tapis et travailler son jiu-jitsu, grâce auquel il a soumis 10 de ses 25 victimes.

« C'est un combattant complet, mais je crois quand même que le plus grand danger va être en boxe, » a dit Shields au sujet de Kampmann. « Il a un bon direct du droit, un bon jeu de jambes et des bons coups de pieds. Je pense qu'au sol c'est un bon grappler, mais j'aurai un net avantage, alors je veux le mettre au sol et le malmener. »


Si le combat se déroule comme il le souhaite, Shields va passer aux choses plus sérieuses et se retrouver là où il aurait dû être depuis longtemps.

« (Dans le passé) Je restais focaliser sur le moment présent, alors j'acceptais des combats importants dans d'autres organisations et je me concentrais là dessus. Mais je me sentais un peu frustré en même temps, car tout le monde parlait de la catégorie 170lb de l'UFC et je me disais que je devrais être à l'UFC. Alors je suis content d'être ici. »

Les fans pensent la même chose, ils sont contents que Shields soit enfin à l'UFC, alors samedi il promet de leur donner du spectacle.


« Je veux simplement que les fans disent 'waouh, voici quelqu'un de nouveau dans la catégorie qui va faire bousculer des choses', » ll a dit. « Je veux arriver et faire un telle impression qu'ils voudront me voir combattre pour le titre. »

Watch Past Fights

Médias

Récent
Host Lisa Foiles gets you up to date on every thing from T.J. Dillashaw's first UFC title defense to all the action heading to a TV screen near you this weekend with UFC Fight Night: Jacare vs. Mousasi in today's UFC Minute!
2 sept. 2014
Countdown to UFC Fight Night vous offre un aperçu des camps d'entraînement des effroyables poids lourds Alistair Overeem et Ben Rothwell alors qu'ils se préparent en vue d'un affrontement massif au Connecticut.
1 sept. 2014
Countdown vous offre un aperçu des camps d'entraînement de Mousasi et Souza. Voyez ces deux top 10 se préparer en vue de leur combat revanche, maintenant qu'ils sont des poids moyens complètement différents de ceux qu'ils étaient il y a 6 ans.
1 sept. 2014
Countdown to UFC Fight Night vous offre un aperçu des camps d'entraînement du favori de la Nouvelle-Angleterre Joe Lauzon et du spécialiste en soumission et vainqueur de la série The Ultimate Fighter 15, Michael Chiesa.
1 sept. 2014