Matt Hamill – A son tour de briller

Matt Hamill jouera son destin lors de l'UFC 130, face à "Rampage" Jackson le 28 Mai prochain...
Longévité. Durer dans les Arts Martiaux Mixtes au plus haut niveau est une fierté lorsqu’on y parvient mais il ne faut jamais oublier que du jour au lendemain, tout peut basculer.

C’est un privilège qui peut s’arrêter en quelques minutes.

Matt Hamill a probablement été le candidat qu’on attendait le moins de la saison 3 de l’émission de télé-réalité « The Ultimate Fighter » à ce niveau de compétition.

Il est l’un des rares à avoir perduré dans le circuit de l’UFC. Un athlète talentueux mais dont on n’oublie pas les débuts avec seulement deux combats, en l’occurrence deux victoires au compteur lorsqu’il arrive sur Spike TV en 2006.

Son entraineur sur l’émission, Tito Ortiz,  a pris sous son aile Hamill qui est né sourd et l’a mené à une victoire face à Moke Nickels après un combat dur et engagé. Lors de la finale du TUF 3, Hamill vient à boutde Jesse Forbes en moins d’un round garantissant qu’on entendrait de nouveau parler de lui. Mais la vraie question était, pour combien de temps encore ?

Si on considère que Matt Hamill affrontera Quiton « Rampage » Jackson le 28 Mai prochain à l’occasion de l’UFC 130, la réponse est déjà bien nette. Après presque cinq ans passé à l’UFC , celui que ‘on surnomme « The Hammer » a su être patient et attendre son tour. Il a gagné la plupart de ses combats, en a perdu quelques uns clés mais s’est clairement imposé comme un sérieux candidat au titre de l’UFC.

En 2006, onze mois seulement après ses débuts en MMA, il parlait déjà d’un long voyage pour évoquer cette nouvelle aventure « En lutte, le succès est vite arrivé. C’est venu tout seul, naturellement et le tapis était ma maison. En rejoignant les Arts Martiaux Mixtes, je me lançais un challenge.

Un vrai défi qui me faisait découvrir de nouvelles choses chaque jour et qui m’a aussi appris que les autres pouvaient me mettre KO à tout moment. C’est un cas de figure qui ne pouvait pas se présenter en lutte. Alors je travaillais dur et j’essaie aujourd’hui encore de m’améliorer pour me maintenir en haut des classements » nous confiera t-il.

On s’attend à entendre ces mots de n’importe quel athlète qui débarque dans un sport qui au départ n’est pas le sien et qui cherche à y faire sa place. Mais Hamill a ajouté les actes à la parole. Et il fait partie de ces exceptions , ces athlètes qui travaillent pour être au meilleur de leur forme. Bien évidemment, tout n'a pas toujours été rose et l'adaptation n’a pas été facile pour lui.

Son premier combat dans l’octogone en Octobre 2006 l’opposait au vétéran et donc bien plus expérimenté que lui, Seth Petruzelli. Hamill se montre dominant et 
déterminé dans les deux premières reprises avant que son adversaire se rende compte que son stand up peut faire la différence. Petruzelli cherche donc la victoire aux poings et tente d’étouffer debout Hamill. Finalement, le coup fatal n’arrivera pas et à la fin de la rencontre, les juges annoncent une victoire par décision unanime pour le jeune qui monte : Matt Hamill.

Ce combat nous a permis de constater deux choses.

La première, c’est que la boxe n’est vraiment pas le point fort de Matt Hamill qui va devoir redoubler d’efforts pour rester debout. Et la deuxième, c’est que le jeune combattant a du cœur et est capable d’offrir des combats durs. Le premier point peut être résolu et le deuxième traduit une détermination sans faille avec laquelle on né.

Dès lors, Hamill pose ses valises à Utica, New-York qu’il considère aujourd’hui encore comme sa maison avec son entraineur et manager de longue date Duff Holmes.

S’en suivra un premier retour dans la cage à l’UFC 68 face à Rex Holman puis un second, plus controversé face à son adversaire de toujours : un certain Michael Bisping qu’il affronte lors de l’UFC 75 à Londres. Un face à face qui fera couler beaucoup d’encre et qui aujourd’hui encore suscite réactions et désaccords sur le verdict qui a été donné en faveur de Bisping.

« J’ai pensé que je pouvais rester debout et aller à la guerre face à lui puisque j’avais été en mesure de tenir les mises de gants avec des boxeurs professionnels lors de ma préparation » expliquera Hamill après le résultat .

« Bisping m’a toujours qualifié de lutteur et je voulais lui montrer que je savais faire d’autres choses et m’exprimer sur d’autres phases de jeu. Je voulais qu’il voit que j’avais travaillé et progressé là où effectivement il le fallait. Je suis arrivé à l’UFC 75 avec une stratégie de combat très au point, longuement étudiée. L’idée était de lui mettre la pression, le pousser dans ses retranchements et lâcher de bombes avant de finir par le projeter pour marquer des points si besoin » finit-il par expliquer.

Cela a d’ailleurs suffit aux yeux de certains observateurs pour lui accorder la victoire même si les juges en ont décidé autrement. Sept mois plus tard, il en tire les leçons qui s’imposent et ne laissent pas son destin se jouer à la décision. Il remporte son combat face à Tim Boetch par TKO dès la deuxième reprise.

S’en suit une défaite par TKO face à Rich Franklin qui ne l’arrête pas. La route est plus longue que prévu pour s’imposer comme un sérieux prétendant au titre mais Hamill n’abandonne pas et après six combats à l’UFC, ses fans sont de plus en plus nombreux appréciant le style et le combattant lui-même.

Sa victoire face à Keith Jardine lors de l’UFC 121 a été un moment clé dans sa carrière de lourd-léger qui lui permet d’obtenir un nouveau défi : combattre face à son mentor et ancien coach, Tito Ortiz.  Hamill le prend avec philosophie et fait son travail. Il ne se précipite pas, ne se laisse pas prendre par l’évènement et les enjeux qui en découlent. Il maîtrisera sereinement son adversaire comme un combattant professionnel et l’élève dépassera le maître cette nuit-là.

C’est aussi un chapitre qui s’est fermé avec cette victoire qui lui a ouvert de nouvelles portes. Et de belles perspectives avec notamment le combat qui nous intéresse et qui le verra se tester face à Rampage Jackson lors de l’UFC 130 le 28 Mai prochain.

C’est ce genre de combat qu’il attend depuis ses débuts et il sait qu’à 34 ans, il va enfin pouvoir atteindre les sommets du classement. En tous cas, c’est maintenant que cela va se jouer.

La longévité est une chose, mais on ne peut pas rester invaincu ou perdurer indéfiniment au même niveau. Maintenant qu’il a progressé et qu’il peut écrire son histoire, seul un homme se tient debout pour l’en empêcher : il s’appelle Quinton Rampage Jackson.

Hamill figure parmi les 4 seuls combattants à avoir participé à la saison 3 du TUF (avec Bisping, Ed Herman, Kendal Grove) et à être resté dans le circuit de l’UFC. 

Matt Hamill surnommé « Le marteau » pour les lourdes frappes qu’il lance a montré qu’il n’était pas juste un combattant mais aussi un survivant. Et inutile de vous dire qu’il n’est pas évident de vaincre quelqu’un qui refuse de perdre.


Watch Past Fights

Médias

Récent
Dans cette vidéo de la technique MetroPCS de la semaine, le vainqueur de la série The Ultimate Fighter, Amir Sadollah, a forcé Damarques Johnson à taper à la suite d'une série de frappes.
18 sept. 2014
Miesha Tate parle de son adversaire Rin Nakai et des circonstances ayant précédé leur combat de l'événement Fight Night Japan.
18 sept. 2014
La championne poids coq de l'UFC a participé à une tournée médiatique spéciale à travers le Brésil en plus d'avoir assisté à l'événement Fight Night Brasilia. L'équipe brésilienne d'UFC.com a obtenu une entrevue exclusive avec Rousey.
18 sept. 2014
Alors que Mark Hunt se prépare en vue de son combat contre Roy Nelson à l'UFC Fight Night Japan, nous le suivons à son domicile en Nouvelle-Zélande où il a troqué une séance d'entraînement pour une journée de bons jeux vidéo avec les enfants.
18 sept. 2014