Jacare Souza: Le gardien du Jiu-Jitsu

"C'est une catégorie très relevée. Il n'y a que des gars bien préparés et durs au mal et n'importe lequel d'entre eux peut sortir le grand combat. Mais je me vois étape après étape et pas à pas arriver dans le haut du tableau. "Jacare" Souza
UFC middleweight Ronaldo "Jacare" Souza20 après être arrivé sur la scène des sports de combat, marquant le monde entier par sa maîtrise mystérieuse de ce qu'on appelait l'art du jiu-jitsu, l'influence de Royce Gracie sur le circuit reste très forte. Pour en avoir la confirmation, il suffit de demander à celui qu'on appelle Ronaldo “Jacare” Souza, l'homme qui est aujourd'hui ce qu'était Gracie à l'époque pour son sport : le premier pur grappler de la discipline.

“J'étais à Manaus, j'ai débuté le jiu-jitsu en me disant que 'javais la chance de pouvoir apprendre la même discipline que je considérais comme un art martial que celle pratiquait par Royce Gracielors de ses combats à l'UFC,” a expliqué Souza à travers son manager Gilberto Faria qui revient sur sa première sortie à l'UFC. “ Pour moi, à ce moment là, il était incroyable qu'un homme de cette taille puisse l'emporter comme ça sur des combattants beaucoup plus imposants et donnés gagnants sur le papier. C'était invraisemblable et pourtant l'issue du combat était toujours la même. Cela me motivait davantage et me poussait à m'entraîner encore plus dur".

Le succès de Gracie est évidemment à l'origine de bien des vocations et a inspiré des milliers et des millions même de jeunes hommes à travers le monde comme Souza qui à l'époque de ses dix sept commençait juste à s'entraînait à la dure avec un objectif clair : reproduire une partie du parcours de Gracie à savoir s'imposer avec art martial. Combattre n'était pas encore directement mis à l'ordre du jour mais dominer à l'entraînement tous ses camarades avec des techniques de grappler et de jiu-jitsu faisait partie des exercices quotidiens. Et le temps passant, cette multiple ceinture marron a décidé de rajouté les frappes et les kicks au combat. Il était alors sur la route de l'UFC mais sans réellement le savoir et sans être certain de devenir l'un des meilleurs de la catégorie.

Souza a fait ses débuts en Septembre 2003 avec une défaite contre Jorge Patino, mais il a retenu la leçon et ne goûtera plus à l'amertume de la défaite durant cinq années allant même jusqu'à remporter un titre chez les mi-moyens au Strikeforce en venant à bout de noms tels que Mayhem Miller,Matt Lindland, Joey Villasenor, Tim Kennedy, et Robbie Lawler. Aujourd'hui et sans contestation possible, il apparaît que Souza s'impose comme l'un des meilleurs éléments au monde de cette catégorie de l'UFC et c'est la raison pour laquelle il fera ses grands débuts dans la cage américaine face à Chris Camozzi.

Et le temps a passé depuis ses débuts au Brésil et ce jour d'Octobre 2007 où il avait contraint Wendell Santos à abandonné après une série de frappes qui ont mis un terme à la rencontre entre les deux hommes.

"C'est un grand changement pour moi” explique Souza avant de poursuivre. “A cette époque, je ne combattais que lors d'évènements au Brésil et je n'avais pas de grandes possibilités pour m'entraîner, on manquait d'équipements et d'infrsactructures. Aujourd'hui, je me considère comme un combattant professionnel de MMA. Je suis entouré par les meilleurs de la disciplines, entrainé et conseillé par une vraie équipe qui est là pour me porter et m'encourager à atteindre mes objectifs au plus haut niveau. J epeux enfin me dévouer intégralement à ma discipline et me consacrer à mon sport et à ma famille. Je me sens enfin prêt à faire ce que j'aime et face aux meilleurs".

Et il n'y a pas meilleur endroit pour débuter une carrière sur ces bonnes bases que l'octogone de l'UFC. L'adversaire nous pousse à nous surmonter et le public et sa ferveur nous impose la rigueur, le spectacle et le surpassement mais ce ne sera sans doute pas chose facile face à un adversaire que l'on sait dangereux et qui a changé puisque c'est Camozzi qui se tiendra en face après la blessure annoncée de Costa Philippou initialement prévu face à Souza.

“Il est certain que ce n'est pas évident de se préparer pour un profil de combattant et d'en rencontrer un autre. Je m'étais entraîné pour Philipou et je me retrouve avec un gabarit différent et un palamarès qui change aussi chez mon nouvel adversaire qui a une meilleure allonge et que j'ai du essayer de cerner en deux semaine de préparation. Mais au fond, je ne suis pas si surpris car j'ai toujours essayé de continuer à m'entraîner avec divers profils de manière à anticiper les difficultés à la salle et je me sens prêt à combattre n'importe qui. C'est mon métier et je vais me donner à fond pour sortir vainqueur. Si l'adversaire a changé, l'objectif lui reste le même : repartir de là avec une victoire chez moi dans mon pays". Souza poursuit d'ailleurs sur la chance qu'il a de pouvoir combattre au Brésil :

“Cela représente énormément pour moi. Pas seulement parce qu'il s'agit de mes débuts à l'UFC mais vraiment cela me pousse à redoubler de vigilance et à rester concentrer avec une getsion des émotions qui sera primordiale. Je vais chercher à faire plaisir au public et à me faire plaisir également en apportant de l'action à la rencontre et en étant à l'initiative".

Depuis 2009, la seule défaite de Souza est arrivée par décision unanime après cinq rounds d'échanges partagés contre celui qui est également à l'affiche ce samedi : Luke Rockhold, et depuis, Souza a évolué et fait évoluer ses techniques en s'imposant par soumission sur des combattants comme Bristol Marunde avec un KO également à noter face à Derek Brunson avant de conclure sa carrière au  Strikeforce par une soumission au premier roundsubmission face à Ed Herman en Janvier.  

Et ce qui est le plus impressionnant chez Souza, c'est de constater que son jeu debout et ses poings deviennent presque tout aussi importants que son jeu au sol et ses techniques de grappler et le brésilien confirme d'ailleurs notre impression.

“Oui, je me sens de mieux en mieux avec mon jeu debout et je reste confiant mais je dois quand même dire que  le  jiu-jitsu reste le sport que j'ai pratiqué toute ma vie alors je serais toujours à l'aise au solcar c'est un peu chez moi, mon territoire".

Watch Past Fights

Médias

Récent
Entraînements publics devant les fans et médias au Grand Hotel le 1er octobre 2014 à Stockholm, Suède.
1 oct. 2014
Tarec Saffiedine et Rory MacDonald discutent de leur conbat à l'UFC Fight Night Halifax et dévoilent ce qui, selon eux, leur sera nécessaire afin de s'assurer de la victoire lors du combat principal.
1 oct. 2014
Alors qu'il s'entraîne en vue d'un combat, Tarec Saffiedine passe tant de temps au centre d'entraînement que le temps qu'il dédie à sa famille est plus que bienvenue pour s'évader.
1 oct. 2014
Dans cette vidéo de la technique MetroPCS de la semaine, voyez Niklas Backstrom finir Tom Niinimaki par étranglement arrière au premier round lors de ses débuts à l'UFC.
1 oct. 2014