Prologue du combat Shogun-Jones

Quelle est la clé de la victoire du combat principal de la carte de l’UFC 128 opposant Shogun Rua et Jon Jones? Michael DiSanto analyse la situation...
Le combat principal de samedi soir est rempli de fils conducteurs.

Mauricio “Shogun” Rua, un homme considéré par les connaisseurs comme le porte-étendard de la division des 205 livres défendra son titre des mi-lourds de l’UFC pour la première fois. L’aspirant est une des jeunes vedettes les plus talentueuses, Jon Jones.

Shogun tentera de rebondir après trois chirurgies au genou en autant d’années, une réalité médicale qui aurait certes mis fin à la carrière de plusieurs athlètes. La dernière fois qu’il est grimpé dans l’Octogone après une chirurgie, le bagarreur généralement actif s’est heurté à un réservoir à carburant sévèrement limité, ce qui lui avait pratiquement coûté le combat face à un vieillissant et offensivement limité Mark Coleman.

Jones cherche à devenir le plus jeune champion de l’histoire de l’UFC à 23 ans. Josh Barnett est l’actuel détenteur de cette distinction depuis sa victoire sur Randy Couture à l’UFC 36 à l’âge de 24 ans. Vitor Belfort a déjà remporté un tournoi de l’UFC alors qu’il n’était âgé que de 23 ans, mais il n’avait pas remporté de championnat de l’UFC à proprement dit lors de cette soirée.

Jones veut aussi établir un nouveau standard pour la plus courte période ayant séparé deux affrontements à l’UFC ayant mené à l’acquisition d’un titre de championnat. Le soir du combat, il fêtera la 42ème journée suivant sa victoire sur Ryan Bader. Rich Franklin est l’actuel détenteur du record. Il a vaincu Evan Tanner afin de s’emparer du titre des 185 livres seulement 56 jours après avoir matraqué Ken Shamrock. Frank Shamrock n’avait eu que 22 jours de repos avant de mettre la main sur le titre inaugural de ce qui est devenu par la suite, le championnat UFC des mi-lourds, mais son combat précédent était au Japan Vale Tudo, une organisation qui n’était pas affiliée avec l’UFC.

Le fait que Jones amorce ce défi - avec tout ce tourbillon autour de lui - en tant que jeune premier de l’histoire de l’organisation, pimente le combat. Cain Velasquez pourrait légitimement être considéré de la sorte, seulement auprès de « ceux qui savent ». Mais mon impression, c’est que les amateurs moyens, eux, croient Jones virtuellement imbattable à ce stade de sa carrière, alors que dans le cas de Velasquez, ils étaient nombreux à ne pas savoir comment il s’en tirerait face à Brock Lesnar.

Il ne faut pas oublier que Jones s’est vu offrir cette opportunité de championnat à cause de la blessure subite par l’ancien champion Rashad Evans. Jones et Evans sont des coéquipiers. Si “Bones” remportait le titre, la première question serait de savoir s’il affronterait Evans lors de la première défense de sa couronne. L’intrig-o-mètre atteint ainsi le plafond.

C’est inutile de le dire, Shogun-Jones est un combat intéressant sous plusieurs angles. Bien entendu, c’est un environnement propice au développement d’étincelles du moins, pour aussi longtemps que le combat durera. Et vous avez lu correctement. Je ne vois pas comment cet affrontement pourrait atteindre la marque des 25 minutes.

Shogun est un des meilleurs finisseurs de ce sport, remportant près de 85% de ses combats avant la limite de temps. Seulement Velasquez le surpasse à ce chapitre chez les champions en titre, mais il a livré pas moins de la moitié du nombre d’affrontements en carrière que ce dernier. Parlant de poids lourds, Shogun détient deux KO au premier round sur le champion actuel des poids lourds de Strikeforce, Alistair Overeem. Il est le seul athlète à pouvoir s’en targuer.

Jones n’est pas en lest au département des fins brutales, avec un ratio d’arrêts prématurés qui est à un cheveu près de celui son adversaire. Son ratio surpasserait d’ailleurs celui de Shogun, n’eut été du fait qu’il a balancé une série de coups de coude illégaux à Matt Hamill, ce qui a modifié le résultat de ce qui aurait pu être une victoire par KO au second engagement, par une défaite par disqualification.

Ajoutons à cela que Shogun pourrait être limité par sa condition physique puisqu'il qu’il s’est vu imposer une longue période d’inactivité des suites de sa blessure et que Jones a accepté de prendre le combat avec un absurdement court délai, ce qui pourrait aussi influer son habileté de pouvoir livrer un affrontement de cinq rounds. Je ne vois donc tout simplement pas comment ce combat pourrait se rendre jusqu’au son de cloche final.

La question à un million de dollars, bien sûr, est qui va gagner et pourquoi? La sagesse conventionnelle suggère que Jones aura du mal à composer avec un si court délai. Il n’a pas pris suffisamment de temps (toujours selon cette conventionnelle sagesse), de récupérer de son difficile camp d’entraînement au cours duquel il s’était préparé pour Bader, afin de bénéficier d’un délai adéquat lui permettant de maximiser sa préparation en vue d’un combat de championnat de cinq rounds. Et il n’a pas eu suffisamment de temps pour se préparer adéquatement et spécifiquement pour un adversaire complet de classe mondiale tel que Shogun, qui est un combattant comme il n’a encore jamais eu à affronter en termes d’habiletés et d’agressivité.

Et c’est ce qui représente la clé de la victoire de Shogun. Le Brésilien est un combattant qui excelle lorsqu’il met de la pression. Jones est généralement l’agresseur, non pas la victime. Il n’a jamais été forcé d’aller au front contre un sauvage agresseur, et il n’a certainement jamais été au coeur d’une fusillade, une vraie.

D’un autre côté, Shogun trouve son rythme dans le chaos. C’est chez lui une seconde nature, après avoir grandi et évolué comme combattant en s’adonnant à de rapides séances de sparring à la Chute Boxe Academy. C’est comme si la terre cessait de tourner pour Shogun lors de ces moments. Il ne perd jamais le contrôle, attaque calmement et se défend aisément durant des moments qui sembleraient pourtant être de la pure frénésie pour quiconque. Pour un jeune combattant comme Jones, on s’attend à ce que la rotation de la Terre s’accélère, et non ralentisse, ce qui pourrait le rendre plus sujet aux erreurs.

De plus, Jones a démontré sa tendance à reculer en ligne droite avec les mains en l’air, tel un arbitre qui signalerait un touché, avant de contourner ensuite vers sa gauche lorsqu’il doit composer avec une extrême et constante pression. Il s’en sort habituellement bien, puisqu’il peut ainsi se tenir à distance grâce à son incroyable portée de 84.5 pouces et ses jeux de pieds rapides.

Jones ne pourra toutefois s’échapper longtemps avec ce genre de tactiques face à Shogun. Reculer ne fera que le garder dans la ligne de feu, plutôt que de lui permettre de s’échapper. Attendez-vous à voir Shogun avancer agressivement et chercher une ouverture pour un coup de pied élevé de la droite suivant ses combinaisons lorsque Jones battra ainsi en retraite. Ainsi, avec la tendance de Jones à reculer en ligne droite vers l’arrière avant de contourner vers sa gauche, Shogun pourra lui souhaiter bonne nuit d’un seul coup de pied.

Mettre de la pression est aussi un moyen infaillible de tester le conditionnement physique de Jones, qui a bénéficié d’un extrêmement court délai entre deux affrontements. Les combattants bénéficient habituellement de six à douze semaines afin de préparer leur corps et être au meilleur de leur forme pour un combat. Jones s’était entraîné pour un combat de 15 minutes contre Bader il y a moins de deux mois. Est-ce qu’il a bénéficié de suffisamment de temps, même considérant qu’il est encore jeune et énergique, afin de récupérer et préparer son corps pour livrer un combat de 25 minutes samedi soir?

J’en doute vraiment. Je crois que Jones se retrouvera en eaux troubles si l’affrontement dépasse le troisième engagement, et particulièrement si Shogun met de la pression tôt dès le début du combat. Alors que Jones se fatiguera, sa seule arme véritable sera ses mises au sol, qui deviendront toutefois de moins en moins efficaces au fur et à mesure que son carburant s’épuisera.

Honnêtement, si le combat dure jusqu’au troisième round, je favorise aisément Shogun. Et j’aimerais qu’il termine le combat lors de ce round—et je le répète, si et seulement si le combat se poursuit jusque-là. Il faut faire face à la réalité. Si les combattants pouvaient efficacement se battre tous les 42 jours, davantage d’athlètes le feraient, car cela signifierait plus d’argent pour eux. Je respecte Jones d’avoir eu le courage d’accepter ce combat, mais je crois que le court délai dont il a bénéficié sera le facteur déterminant de l’issue de ce combat si ce dernier franchit la limite du second engagement. Peu importe la durée du combat en fait, je crois même que c'est ce qui influencera le résultat.

Bien entendu, ce délai n’aura rien à voir avec le déroulement du premier round. Jones est un tueur avec sa droite destructrice, un super prédateur qui ne concède rien à personne, du moins, personne que nous connaissons jusqu’à présent. Je m’attendrais à ce qu’un vétéran à la fin de la vingtaine ou dans la trentaine tombe littéralement à plat dès le début de l'affrontement avec un si court délai de préparation. Je crois cependant que Jones sera extrêmement motivé et fringant en début de combat, remercions sa jeunesse.

Il devra tirer avantage de ces moments en faisant payer Shogun pour son agressivité en l’envoyant sur son dos. Je vais me mouiller et affirmer que Shogun est le meilleur athlète en position debout de la catégorie des mi-lourds. Avec sa position traditionnelle de muay thaï, ses mains bien hautes et son poids derrière son centre de gravité, il peut ainsi se livrer à de brutaux assauts, tout en défendant les attaques dont il pourrait être victime. Mais ce n’est toutefois pas une posture appropriée pour bien se défendre contre les mises au sol.

Machida a été capable d’amener Shogun au sol avec une relative aisance lors de leurs deux affrontements. L’ancien champion est tout un combattant, mais sa défensive contre les mies au sol est son point faible. Et les mises au sol de Jones constituent justement sa plus grande force. Ses habiletés en mises au sol peuvent rivaliser, voire même surpasser, celles de n’importe qui dans cette catégorie.

Jones doit demeurer prudent, ou à tout de moins, ne pas devenir trop confortable avec ses mises au sol. S’il ne calcule pas bien ses tentatives de « double-leg », il pourrait très bien encaisser un coup de genou qui sonnera le glas. Il s’agit de la "version Shogun" de la défensive contre les amenées au sol. Jones devra aussi se méfier s’il veut s’aventurer en corps à corps avec un expert de muay thaï tel que Shogun. Il a jusqu’alors connu beaucoup de succès en carrière à l’UFC avec ses projections apparentée à la lutte gréco-romaine et au judo, mais n'a jamais fait face à un adversaire qui possède des habiletés en combat telles que celles que possède Shogun.

Le champion est le meilleur combattant en corps à corps de sa division. À vrai dire, j’irais même encore plus loin dans mes affirmations. Il est tout simplement le meilleur combattant en position debout de sa division. Peu importe le scénario, Jones ne veut pas échanger avec lui en position debout.

Ne pas vouloir s’engager inutilement dans de tels échanges ne veut pas forcément dire qu’il cherchera à éviter de combattre debout. Cela veut dire qu’il évitera de s’engager dans des échanges inutiles, point. La portée de 84 pouces de Jones et sa rapidité peuvent donner du fil à retordre à n‘importe qui, incluant Shogun, s’il utilise beaucoup de mouvements latéraux et un bon jab rapide.

La particularité de Jones en position debout, c’est qu’il est efficace avec ses jabs et ce, peu importe sa position. Il peut passer d’une position orthodoxe de droitier à celle de gaucher en un tour de main, et demeure tout de même capable de contrôler la distance de toutes les positions.

C’est la bonne partie du jeu debout de Jones. La mauvaise partie maintenant, c’est que Jones mise rarement sur ses jabs lorsqu’il combat en gaucher. Il préfère plutôt utiliser des directs de la gauche. Or, ce serait une grosse erreur de le faire devant Shogun. Pourquoi? Parce qu’il s’agit de ses pires coups.

Jones se projette vers l’avant lorsqu’il lance un direct de la gauche, donc il n’a ni la même rapidité, ni la même puissance destructrice. Il est aussi beaucoup plus lent pour battre en retraite. Cela laisserait l’opportunité à Shogun de contre-attaquer avec un direct droit ou un coup de pied à la tête ou au corps qui pourraient très bien signifier le début de la fin, tout simplement parce que cela lui permettrait de créer une ouverture pour un blitzkrieg, sa marque de commerce.

Si j’étais l’homme de coin de Jones pour ce combat, je l’implorerais de demeurer orthodoxe (droitier) parce que je ne crois pas qu'il pourrait dominer avec de faibles gauches. Le seul moment où il devrait passer en mode gaucher, c’est lorsqu’il s’apprêterait à effectuer une transition rapide afin de tenter le “double-leg”.

Souvenez-vous, une posture conventionnelle en lutte pour un lutteur droitier, c’est d’avoir la jambe droite devant. Contrairement aux kickboxeurs et boxeurs, qui conservent généralement leur main dominante à l’arrière, les lutteurs veulent avoir leur main dominante devant eux afin de les assister dans leurs mises au sol.

Une fois le combat au tapis, et ce combat devra vraiment se rendre au tapis, si Jones veut gagner, alors il devra demeurer calme et assurer sa position dans la garde de Shogun. Il ne doit pas s’inquiéter de la passer, sauf si la transition l’amène en montée de côté. Jones a une portée suffisamment longue pour pouvoir causer du dommage depuis la garde de son adversaire, tout comme l’a fait jadis Tito Ortiz, qui a joué sa carrière sur cette même habileté et avantage de portée dans ses beaux jours.

Si j’étais Jones, je m’engagerais dans une attaque vicieuse dès que le combat serait amené au sol. Qu’il oublie de ménager son énergie pour la suite du combat. Je ne crois pas qu’il aura assez d’énergie de toute façon, peu importe à quel point il pourrait demeurer conservateur. Cela implique qu’il devra agressivement chercher un moyen de terminer le combat expéditivement à la moindre occasion.

Shogun est peut-être une ceinture noire de jiu-jitsu brésilien, mais Brandon Vera n’a pourtant rien à lui envier au sol. Et qu’est-ce que Jones lui a fait subir depuis sa garde? Il a fracturé l’os orbital de Vera, en plus de quelques autres os de son visage ici et là et ce, d’un simple coup de coude. Jones possède cette puissance de frappe en “ground-and-pound” et il devra faire tout en son pouvoir afin d’avoir l’opportunité d’utiliser ces frappes samedi soir.

Qui remportera le combat? Difficile à dire. Il y a tant de variables. Est-ce que le court délai sera pour Jones, un désavantage trop difficile à surmonter? Possiblement. Est-ce que Shogun sera au meilleur de sa forme après sa chirurgie? Peut-être pas.

Est-ce que ce sera un bon combat? Assurément.

FAITS RAPIDES

Mauricio “Shogun” Rua
  • 29 ans
  • 6’1”, 205 lb
  • 76 pouces de portée
  • Fiche de 19-4 chez les professionnels (12-1 PRIDE, 3-2 UFC)
  • 3-2 lors de ses 5 derniers combats
  • 7-3 lors de ses 10 derniers combats
  • 1-1 en combat de championnat (4-0 en combat de Grand Prix)
  • 5-3 contre d’anciens champions de l’UFC 
  • 84.2% de victoires par KO/TKO (16 sur 19)
  • 10.5% de victoires par décision (2 sur 19)
  • 5.3% de victoires par soumission (1 sur 19)
  • KO de la soirée à deux reprises (KO au 1er round sur Lyoto Machida le 8 mai 2010; KO au 1er round sur Chuck Liddell le 18 avril 2009)
  • Combat de la soirée (TKO au 3èm round sur Mark Coleman le 17 janvier 2009)
  • Période d’inactivité de 315 jours (depuis son KO au 1er round sur Lyoto Machida le 8 mai 2010)
  • Sa plus longue période d’inactivité à l’UFC ou au PRIDE est de 483 jours (de sa défaite par soumission au 3ème round aux mains de Forrest Griffin le 27 septembre 2007 jusqu’à sa victoire par TKO au 3ème round sur Mark Coleman le 17 janvier 2009) 

Jon Jones
  • 23 ans
  • 6’4”, 205 lb
  • 84.5 pouces de portée
  • Fiche de 12-1 (6-1 UFC)
  • Sa seule défaite à l’UFC a été une disqualification pour coups de coude illégaux sur Matt Hamill lors d’un combat que Jones dominait
  • 4 de ses 5 derniers combats se sont terminés avant le son de cloche final
  • 3 de ses 4 derniers combats se sont terminés au 1er round
  • 58.3% de victoires par KO/TKO (7 sur 12)
  • 25.0% de victoires par soumission (3 sur 12)
  • 16.7% de victoires par décision (2 sur 12)
  • Période d’inactivité de 42 jours, soit la plus courte de sa carrière professionnelle
  • Sa plus longue période d’inactivité à l’UFC a été de 188 jours (de sa victoire par TKO au 1er round sur Vladimir Matyushenko le 1er août 2010, à sa victoire par soumission au 2ème round sur Ryan Bader le 5 février 2011)
  • KO de la soirée (TKO au 1er round sur Brandon Vera le 21 mars 2010)
  • Soumission de la soirée (Victoire par soumission au 2ème round avec une guillotine modifiée sur Bader le 5 février 2011)

Watch Past Fights

Médias

Récent
Nick Diaz is back in the UFC and he sat down with UFC.com for an exclusive interview. Hear him talk about a potential fight with Anderson Silva, how he got into fighting and much more.
28 juil. 2014
Light heavyweight prospect Ryan "Darth" Bader uses his movement and speed as he takes on hard-hitting Rampage Jackson at UFC 144. Watch Bader go up against Ovince Saint Preux at UFC Fight Night Bangor.
28 juil. 2014
The Ultimate Insider vous offre un aperçu du camp d'entraînement de l'ancienne olympienne Sara McMann. Voyez McMann à l'oeuvre dans l'Octogone lors de l'événement Fight Night Bangor le 16 août prochain.
27 juil. 2014
Anthony "Rumble" Johnson a récolté une impressionnante victoire à l'événement Fight Night San Jose. Écoutez-le commenter sa victoire auprès de Joe Rogan.
26 juil. 2014