Jabouin - En constante évolution et constamment dangeureux

“Je crois que ce sera fabuleux de faire partie d’un événement aussi important, particulièrement considérant où il aura lieu. Je suis redevable à l’UFC de me permettre de participer à cet événement.” - Yves Jabouin
Il y a de bien mauvaises nouvelles pour la division de poids plume de l’UFC : Yves Jabouin peut aussi lutter. Après avoir remporté 11 de ses 15 victoires par des mises hors de combat, Jabouin ne devait être à l’origine qu’un frappeur parmi tant d’autres. Juste un autre "cogneur aussi rapide que l’éclair avec une précision phénoménale et une vaste variété d’attaques." Juste ce qualificatif devait pourtant être une source d’inquiétude suffisante pour quiconque combattrait dans cette nouvelle division d’expansion des 145 livres de l’UFC. Le problème, c’est que ce “Tigre” ne sera pas satisfait et ne s’arrêtera pas, pour reprendre ses propres paroles, tant qu’il ne sera pas “parfait” dans toutes les sphères des arts martiaux mixtes.

"C’est tout à fait moi d’être aussi perfectionniste. Je veux être parfait dans tous les aspects des arts martiaux pour les MMA. Je suis déjà un très bon frappeur, mais je veux encore davantage d’outils en terme de frappes. Et puis peu importe si c’est mon muay thaï qui me rendra aussi dominant, ou la finesse du jiu-jitsu. Je veux perfectionner ces aspects et pouvoir mixer tout ça ensemble afin d’être le meilleur que je puisse être.”

À l’événement WEC 52, la principale arme de l’arsenal de Jabouin a été la démonstration de son jeu au sol. “Lors de ce combat, j’ai été capable de démontrer que je n’étais pas seulement un frappeur, mais que j’avais aussi une bonne lutte et un bon jiu-jitsu”, fait remarquer Jabouin au sujet de sa victoire par décision unanime sur le combattant d’origine hawaïenne, Brandon Visher. “Ce fut un bon combat pour moi et j’ai été heureux de ma performance. Je crois avoir démontré que j’étais un combattant de MMA complet et les résultats parlent d’eux-mêmes.”

“Tiger” a dominé avec succès Visher au chapitre de la lutte, en le travaillant pendant les quinze minutes qu’a duré le combat, ce qui a été mis en relief avec les nombreuses mises au sol réussies par Jabouin. C’était un côté du combattant d’origine haïtienne que les partisans n’avaient pas encore vu de lui avant ses deux précédentes sorties à la WEC. “Beaucoup de gens avec qui je ne m’étais jamais entraîné se sont dits surpris de constater à quel point j’étais doué en lutte”, continue Jabouin, avant d’en révéler davantage par la suite, “mais j’ai encore quelques trucs dans mon sac que je ne montre pas tout le temps.”

Un de ces trucs pourrait être la guillotine de Jabouin. Lors de ce qui a peut-être été un des moments les plus surprenants du combat l’opposant à Visher, l’athlète de 31 ans avait effectué des tentatives de soumission, pour lesquelles il avait par la suite donné tout le crédit à son homme de coin de soir là : Miguel Angel Torres. “Ces tentatives de guillotines venaient de lui ; il est un maître de la guillotine”, confie Jabouin au sujet du nouveau membre du Tristar Gym de Montréal où Jabouin s’entraîne depuis la majeure partie de la dernière décennie. “Lorsque Miguel vient s’entraîner, mon jiu-jitsu s’améliore considérablement. Il m’aide particulièrement à ce chapitre. Miguel apporte beaucoup à notre équipe.”

Le prochain adversaire qui aura à faire face au jeu au sol amélioré de Jabouin sera un de ceux qui auront réécrit l’histoire de l’UFC : Pablo Garza. Lors du tout premier combat de l’UFC chez les poids plume, “The Scarecrow” a révélé l’existence de cette nouvelle division dans un fracas en mettant Fredson Paixão hors d’état de nuire avec un coup de genou à l’envolée à seulement 51 secondes du début de l’engagement initial. Encore mieux, l’athlète de 6’1” dont la fiche révèle l’aisance en soumission – puisqu’il a remporté 6 de ses 11 victoires de cette façon - a même remporté le bonus du KO de la soirée.

“Ce sera un défi, tout spécialement si on considère son avantage de portée. Par contre, je suis habituellement le plus petit des deux lorsque je me bats, donc j’ai l’habitude d’affronter des adversaires plus grands que moi. Il m’apparaît être un combattant complet. Il a un très bon jeu au sol et considérant son dernier KO, on voit qu’il peut aussi être extrêmement dangereux debout. Je devrai être prudent à ce niveau.”

Le 30 avril à Toronto au Canada, “Tiger” fera ses débuts à l’UFC face à Garza, lors de ce qui sera le plus grand événement de l’histoire de l’entreprise et cet événement aura lieu dans le pays d’adoption de Jabouin, rien de moins. “Ce sera une opportunité de pouvoir me battre dans mon pays au Canada devant mes partisans”, relate Jabouin, qui est déménagé à Montréal en compagnie de sa mère et de ses deux frères et sœurs alors qu’il n’était encore qu’un enfant. “Je crois que ce sera fabuleux de faire partie d’un événement aussi important, particulièrement considérant où il aura lieu. Je suis redevable à l’UFC de me permettre de participer à cet événement.”

Tant professionnellement que personnellement, ce combat à l’UFC 129 sera l’aboutissement des efforts de toute une vie dédiée aux arts martiaux pour Jabouin. “J’ai commencé à pratiquer les arts martiaux en jeune âge ; je devais avoir tout au plus 10 ans”, explique Jabouin, qui n’était pas seulement attiré par l’aspect physique du sport, mais aussi par sa philosophie. “J’ai tenté tous les arts martiaux, que ce soit le kung-fu ou le taekwondo simplement par passion et pour la philosophie qui s’y rattachaient. Cela a apporté beaucoup d’aspects positifs à ma vie, dont entre autres, la discipline.”

Un combattant qui a tant de respect pour ce que les arts martiaux ont à offrir au-delà des coups de pied et coups de poing doit impérativement s’entourer d’une équipe qui partage les mêmes croyances : Tristar Gym. La tête dirigeante du Tristar Gym, Firas Zahabi et son élève vedette, le champion des poids mi-moyens de l’UFC, Georges “Rush” St-Pierre, sont de fervents disciples de cette mentalité. C’est un aspect qui a amené de nombreux combattants, tels que Miguel Torres et Kenny Florian, à frapper à leur porte.

“J’ai trouvé la bonne équipe puisque tous ces gars sont exactement comme moi. Georges St-Pierre a un bagage de karaté traditionnel et embrasse cette philosophie. Firas est un philosophe en soi. Tout ce qu’il explique et ce qu’il montre, il l’explique d’une façon qui te permet de comprendre tout le concept derrière le mouvement et non pas seulement la mécanique du mouvement dans la simple optique d’être capable de le faire. Nous ne sommes pas seulement attirés par le sport, mais aussi par la véritable essence des arts martiaux mixtes.

Après plus de 20 ans de pratique des arts martiaux, l’amour de Jabouin pour ce sport continue de grandit, et tout particulièrement lorsqu’il est question de lutte et de muay thaï. “Considérant mon athlétisme et mon explosivité, ces deux disciplines me siéent particulièrement bien”, dit-il. Telle une éponge, “Tiger” s’imbibe de connaissances et intègre ses nouveaux acquis en lutte – obtenus grâce à son entraînement auprès de l’équipe nationale canadienne de lutte avec son coéquipier St-Pierre - à ses bases déjà solides en position debout.

“Je n’ai commencé à lutter qu’il y a cinq ans”, mentionne Jabouin, “mais il semble que j’aie un talent naturel pour ça.”

Jabouin peaufine aussi ses habiletés en muay thaï auprès du légendaire Kambalay “Peter” Sisomphou. “J’ai fait beaucoup de kickboxing, mais je n’avais jamais vraiment fait de muay thaï”, divulgue Jabouin, notant qu’avec tout cet entraînement, son jeu debout sera toujours ce avec quoi il sera le plus à l’aise. “L’art martial avec lequel j’ai débuté était le karaté et c’est un sport particulièrement axé sur les frappes. Je crois que l’art martial pratiqué par un athlète à ses débuts s’incruste dans son subconscient et demeure par la suite sa base, peu importe ce qu’il pratiquera par la suite.”

À l’UFC 129, Pablo Garza sera aux prises avec la difficile tâche de devoir vaincre Jabouin sous les acclamations de ses comparses canadiens qui seront tous de son côté. Le problème additionnel pour Garza, c’est que Jabouin semble tout aussi déterminé à le mettre hors de combat qu’à le dominer au chapitre de la lutte. Dans sa quête de perfectionnement en tant qu’artiste martial, Jabouin pourrait tout aussi bien faire les deux, ce qui serait de bien mauvais augure pour Garza.

Watch Past Fights

dimanche, octobre 26
3AM
CEST
Rio de Janeiro, Brazil

Médias

Récent
UFC 179 stars take part in an open workout for fans in Rio! Hear from headliners Jose Aldo and Chad Mendes, plus co-main event fighters Phil Davis and Glover Teixeira on how they all prepared for Saturday's event!
23 oct. 2014
Master assassins are known for their power, agility, instincts, & respect for their opponents. Now, Assassin’s Creed & the UFC are proud to present the All-Assassin’s Team, recognizing fighters who best represent an “Assassin’s Mentality” in the octagon.
23 oct. 2014
Open training session for media on October 23, 2014 in Rio de Janeiro, Brazil. (Photo by Josh Hedges/Zuffa LLC/Zuffa LLC via Getty Images)
23 oct. 2014
Stars from UFC 179 reveal how they received they nicknames. UFC 179 goes down this Saturday, October 25th on Pay-Per-View!
23 oct. 2014