Le Seul et Unique Roy Nelson

"Si je peux mettre le mec KO, c'est cool. Si je peux le soumettre, c'est cool aussi. Mais peut-être que je ne veux que des KO, et je veux le record pour le plus de KO chez les poids lourds à l'UFC." - Roy Nelson
UFC heavyweight Roy Nelson
Ce n'est sans doute pas la première chose que Roy Nelson s'attendait à entendre de la bouche du célèbre entraîneur de boxe anglaise Jeff Mayweather lorsqu'ils ont commencé à travailler ensemble à Las Vegas, mais il ne l'a pas mal pris. 

« Mec, on m'a dit que tu encaisses beaucoup, » a exclamé Mayweather, l'oncle de l'actuel roi des classements toutes catégories confondues Floyd Mayweather, et le frère de Floyd Sr. et Roger.

Ensuite les deux hommes ont commencé à travailler ensemble, et tout a changé.

« Il croyait qu'il allait améliorer ma défense, mais il n'a pas travaillé sur ma défense une seule fois, » explique Nelson. « Il m'a dit “ta défense est au top”. Je crois que c'est ce qui l'a surpris le plus, que je ne prends pas vraiment de coups. »

Une fois, les pendules remises à l'heure, le temps était arrivé de travailler l'attaque de la ceinture noire de JJB. Et ça a fait une sacré différence dans le jeu de “Big Country.”

« Pour les coups, c'est surtout une question de volume, et je crois que c'est là où Jeff m'a aidé le plus, il m'a appris à être un boxeur, à me concentrer sur le volume de coups et pas seulement la puissance. »

Les cinq victoires de Nelson à l'UFC ont tous été réglées avec ses poings. Grâce à ce volume (ainsi que la puissance), Nelson a ajouté des noms de Matt Mitrione et Dave Herman à sa liste de victimes déjà impressionnante, ce qui renforce sa philosophie d'envoyer du lourd.

« Tout le monde adore les gros KO, » il explique. « Je crois que la seule fois où j'ai entendu une réaction du public pour une clé de bras était lorsque Stefan Struve a été repoussé à chaque fois qu'il en essayait une contre Mark Hunt. (Rire). À la fin de la journée je veux la victoire. Si je peux mettre le mec KO, c'est cool. Si je peux le soumettre, c'est cool aussi. Mais peut-être que je ne veux que des KO, et je veux le record pour le plus de KO chez les poids lourds à l'UFC. »

Avant son combat lors de l'UFC 159 contre Cheick Kongo ce samedi à Newark dans le New Jersey, Nelson est placé derrière Andrei Arlovski et Cain Velasquez de deux KO pour ce record, et bien que Kongo a été arrêté il y a deux combats par Mark Hunt, le résident de Las Vegas ne s’attend pas à une soirée facile. D'ailleurs, il a dit au sujet du Français, « Cheick Kongo est l'un des meilleurs poids lourds à combattre à l'UFC. Il a plus de victoires au poids lourd que Randy Couture et il est deuxième dans la catégorie des poids lourds pour le nombre de victoires. Alors il finira à la Hall of Fame. »

C'est une déclaration audacieuse, mais Nelson l'assume.

« Il faut respecter tous les adversaires qu'on affronte, » il déclare. « Il (Kongo) tient le deuxième place pour la plus de victoires dans la catégorie poids lourd, depuis toujours. Les faits parlent d' eux même. Il n'y a que Frank Mir qui a plus de victoires que lui. »

Mais ne méprenez pas le respect pour dela timidité. Nelson s’attend à voir sa main levée ce week-end.

« Ce qui est important dans notre sport c'est la régularité, » il explique. « Il faut faire en sorte que ce qu'il fait normalement ne marche pas pour lui, tout en restant régulier dans ce que tu fais. Il faut imposer sa volonté plutôt que le contraire. Alors pour moi c'est une question de timing et de faire ce que je suis censé faire. Je crois que je suis plus puissant que lui, je sais que je suis meilleur au sol que lui, alors tout dépend de ce qu'il a comme stratégie et si j'entre dedans. Il va me pousser contre la grille, me fatiguer et ensuite chercher à me mettre au sol ? Où est ce qu'il va courir et chercher à marquer de points comme Carlos (Condit) a fait contre Nick Diaz? Tout dépend ce qu'il essaie de faire et si j'entre dans son jeu, ou si je monte dans l'Octogone je fais ce que je suis censé faire : être le meilleur combattant. »

Aujourd'hui pour Nelson, être le meilleur combattant veut dire lâcher les poings et regarder les adversaires tombent. Et pour lui, il n'y a pas de secret pour sa réussite ces derniers temps.

« Je m'assois plus sur mes coups maintenant, et au lieu d'envoyer un seul coup à la fois, c'est normalement le deuxième ou troisième coup le plus important, » il explique. « Lorsque je suis arrivé à l'UFC et j'ai affronté Brendan Schaub, je savais que c'était le troisième coup qui touchait à chaque fois. J'envoyais un double-jab et le troisième coup touchait. C'était comme un tour de magie – J'attire ton attention d'un côté, et soudainement un coup arrivé d'ailleurs et tu es KO. »

Et si le prochain tour de magie de Nelson était de combattre pour la ceinture suite à une victoire impressionnante contre Kongo ?

« Tout est possible à l'UFC, » déclare Nelson, qui attendra sûrement les résultats des combats de l'UFC 160 entre Cain Velasquez et Antonio Silva ainsi que Junior dos Santos et Mark Hunt avant de savoir s'il aura l'opportunité de combattre pour la ceinture. Mais il n'a pas peur de mettre son nom dans le ring.

« Le truc est que tout le monde sait que, quel que soit mon adversaire, ce sera un vrai combat, » il dit. « Avec Mark Hunt, on attend impatiemment pour voir s'il va toucher avec un gros coup. Avec moi, c'est toujours un bon combat. On est diverti du début à la fin. Avec Mark, par contre, il y a eu des moments en regardant Mark combattre où l'on se demande s'il a besoin d'oxygène. Et ce n'est pas qu'une fois. Je crois que la seule fois où je suis arrivé à bout de souffle c'est quand j'avais une pneumonie, lorsque j'ai rencontré Frank (Mir en 2011).”

Malgré sa pneumonie, Nelson n'a pas arrêté de se battre cette nuit là, avant de perdre par décision, et pour lui c'est l'essentiel. Gagner ou perdre, il est là pour se battre. S'il gagne, il y a de forte chances que ce sera par KO, et s'il perd, il pourrait très bien partir avec une prime quand même. C'est une qualité rare, et il le sait.

« La différence est que je sais que je suis un combattant professionnel et un athlète professionnel, et il n'y a qu'un seul Roy Nelson, » il explique. « S'il y avait cinq millions de Roy Nelson dans le monde, j'aurai peut-être peur ou le traque ou je ne sais quoi, mais la vérité est : je sais que personne ne peut faire ce que je fais. »

Watch Past Fights

Médias

Récent
Nick Diaz est de retour à l'UFC et a accordé une entrevue exclusive avec UFC.com. Il parle notamment d'un affrontement potentiel avec Anderson Silva, explique comment il a été initié au combat et plus encore.
28 juil. 2014
Le jeune poids mi-lourds Ryan "Darth" Bader utilise sa mobilité et rapidité contre le cogneur Rampage Jackson à l'UFC 144. Voyez Bader contre Ovince Saint Preux à l'UFC Fight Night Bangor.
28 juil. 2014
The Ultimate Insider vous offre un aperçu du camp d'entraînement de l'ancienne olympienne Sara McMann. Voyez McMann à l'oeuvre dans l'Octogone lors de l'événement Fight Night Bangor le 16 août prochain.
27 juil. 2014
Anthony "Rumble" Johnson a récolté une impressionnante victoire à l'événement Fight Night San Jose. Écoutez-le commenter sa victoire auprès de Joe Rogan.
26 juil. 2014