Wanderlei Silva + Japon = la Parfaite Combinaison

" Ce pays m'apporte une belle énergie, les fans sont formidables et je suis vraiment heureux de pouvoir y revenir car c'est là que j'ai vécu certains magnifiques moments de ma vie" - Wanderlei Silva
Wanderlei SilvaIl n'y a rien de comparable à un combattant qui parle de sa terre d’accueil, de son chez lui, de son pays. Georges St-Pierre lorsqu'il s'exprime sur le Canada, Anderson Silva sur le Brésil,Wanderlei Silva pour le Japon.

Wanderlei Silva au Japon ?

Oui, je le dis, bien qu'étant originaire de Curitiba, au Brésil, Silva a une deuxième maison, le chez lui des combats, là où il livre ses guerres mais là aussi où il a vécu ses plus belles années de combattants, le pays du soleil levant. Cet endroit, c'est celui dans lequel il a livré 28 de ses 48 combats professionnels. C'est une relation unique qui les lie, un rapport très émotionnel entre cette terre là, ses fans et celui qu'ils ont surnommé "Axe Murderer". 

“ Ce pays m'apporte une belle énergie, les fans sont formidables et je suis tellement heureux d'y revenir. C'est ce pays qui m'a permis de vivre mes plus beaux souvenirs de combattants mais aussi de toute ma vie" a expliqué Silva. Le Brésilien combattra ce samedi soir pour la première fois depuis 2006 face à Brian Stann dans le combat principal UFC sur FUEL TV 8.

Ce sera un retour attendu pour le Brésilien et surtout pour ses fans qui ont du le suivre à distance, depuis notamment ses débuts à l'UFC en 2007. Mais même en ayant signé avec l'organisation américaine cette année-là, Silva a toujours su qu'il reviendrait un jour sur sa terre d’accueil, ce pays qui lui est si cher : Le Japon. 

“ L'UFC va partout dans le monde et je savais que tôt ou tard, je pourrais avoir l'opportunité de revenir ici et combattre devant ce public qui m'a si souvent soutenu. Et cette opportunité est enfin arrivée et je suis vraiment heureux de combattre en affiche principale. C'est un beau moment, un de plus dans ma carrière". 

Et ce retour pour le Brésilien qui s'est fait un nom de 1999 à 2006 en s'illustrant au Pride est un évènement sur le sol Japonais. Mais pourquoi bien que d'autres combattants se soient illustrés au Pride, c'est lui que les fans attendent, supportent et encouragent coûte que coûte ? Pourquoi Wanderleï Silva a t-il été aussi rapidement et désormais durablement adoptée par le public japonais ?

"Lorsque j'ai débuté à combattre ici, je venais de la partie pauvre du Brésil. Je suis né dans la pauvreté et la misère et les japonais m'ont regardé avec un regard respectueux et ont prêté attention à celui que j'étais. Mais ce n'est pas arrivé qu'au Japon. Aux Etats-Unis et dans d'autres pays, j'ai eu des connections avec les gens. Un lien qui se crée parce que je respect les gens, le public et l'évènement et quoi qu'il arrive, où que je sois, je donne le meilleur de moi-même. A chaque combat, je ne me pose pas de question et je sais qu'en venant combattre, je donnerai tout ce que j'ai pour faire le spectacle et permettre aux fans de passer un bon moment".

Quasiment quatorze ans après son premier combat au Pride 7 et sa victoire par décision en septembre 1999 face à Carl Malenko, très peu de choses pour ne pas dire aucune n'a changé chez celui qui est devenu une star et une figure emblématique du MMA. Et c'est avec la même rage de vaincre que Wanderleï Silva aborde aujourd'hui encore ses combats. Pour celui qui va l'opposer à Stann, ses intentions sont claires : remporter le combat mais également le bonus pour le combat de la soirée, un de plus. 


“Stann a le même style que moi, il vient pour en découdre et ne cherche pas à s'échapper. J'aime ce genre de combattant car j'aime aller au contact et ne pas courir durant le combat : je combats à fond et je vaos chercher mon adversaire. Stann est un peu comme ça, il ne s'esquive pas, et j'apprécie, je pense que ça va faire un beau face à face. En tout cas, c'est le combat et le style de combattant qu'il me fallait pour aujourd'hui" 

Quant à son futur, et l'avenir dans le MMA, il ne répond pas vraiment : 

“Je ne peux rien dire à l'heure qu'il est” répond-t-il en souriant . Pas de décision de prise ou à prendre aujourd'hui. Je suis pleinement concentré sur la prochaine échéance et c'est au Japon que ça va se passer”.

Et c'est comme ça qu'il est Wanderleï Silva. A 36 ans, pas de plan sur la comète et une envie de se concentrer sur le présent pour se donner à fond. Il ne se projette pas : ni sur le mois suivant, ni sur l'année prochaine. Advienne ce qui pourra, en attendant, c'est Stann , sa préoccupation.

"Je vais devoir me contrôler car ce retour en terre japonaise représente beaucoup pour moi, il va y avoir beaucoup d"émotion au moment de faire mon entrée. Je dois donc rester pleinement concentré et déterminé sur ce que j'ai à faire face à mon adversaire en appliquant la stratégie de combat pour tenter de repartir avec la victoire". 


Médias

Récent
L'Irlandais Cathal Pendred et les entraîneurs de Team Penn ont élaboré une stratégie en vue de son combat contre Hector Urbina. Pendred, qui a reçu un laissez-passer en ronde éliminatoire, devra maintenant prouver qu'il a sa place dans la maison.
23 avr. 2014
Hector Urbina et les entraîneurs de Team Edgar regardent un film à titre de préparation pour son combat contre Cathal Pendred. Malgré le fait qu'il n'avait que 17 secondes à visionner pour se faire une idée, Edgar a aidé Urbina à travailler ses esquives.
23 avr. 2014
Après avoir reçu un laissez-passer en ronde éliminatoire, l'Irlandais Cathal Pendred est rapidement mis l'épreuve par le Mexicain Hector Urbina. Découvrez qui s'en sortira vainqueur lundi à 6:00 HEC sur Fight Pass.
22 avr. 2014
Joseph Benavidez discute avec SHOOTMedia de son revers aux mains de Demetrious Johnson, de son combat à venir contre Elliot, de son camp d'entraînement et du départ de son ami et entraîneur Duane "Bang" Ludwig de Team Alpha Male.
22 avr. 2014